Dakar 2017 : le défi incroyable de Philippe Croizon, amputé des bras et des jambes

PROUESSE - L'homme avait beau s'y attendre, mais la difficulté est là. Et pour cause ce Dakar édition 2017 est sans doute le plus éprouvant de tous. Mais après avoir traversé la Manche et relié les 5 continents à la nage, Philippe Croizon, amputé des bras et des jambes, se languissait d'un nouveau défi. Retour sur une vie hors norme.

5 mars 1994. Philippe Croizon, alors âgé de 26 ans, est touché par une ligne électrique de 20.000 volts alors qu'il travaillait sur le toit de sa maison. Après trois mois d'hospitalisation en soins intensifs,  le verdict tombe : le jeune homme devra subir plusieurs amputations, au bras gauche, au bras droit mais aussi aux jambes. 


13 ans plus tard, ce même Philippe Croizon participe à l'une des courses les plus prestigieuses et les plus exigeantes du monde :  le Dakar.  Son histoire est hors norme et l'homme ne l'est pas moins. 

Relier les 5 continents à la nage

Avant de se retrouver à conduire un buggy dans des paysages arides, Philippe Croizon, malgré son handicap, avait déjà accompli plusieurs prouesses que bien des hommes valides auraient eu du mal à accomplir, voire à seulement imaginer.  En 2010, il effectue une traversée de la Manche, à la nage. Il explique alors  faire ça "pour lui", mais aussi "pour l'exemple". L'homme souhaite "montrer aux gens qui souffrent que c'est faisable". 


Mais cet exploit ne suffit pas à étancher sa soif de vivre. Il se lance, quelques mois plus tard, dans un autre défi de taille : relier les cinq continents à la nage, à la faveur d'une expédition baptisée "Nager au-delà-des frontières". Quelques mois à peine après sa traversée de la Manche, il décide avec son ami Arnaud Chassery de relier les 5 continents à la nage en 100 jours. L'expédition est baptisée : "Nager au-delà des frontières" et un documentaire immortalisera son périple. 

Sur la route du Dakar

Nouvelle année, nouveau défi. Cette fois, Philippe Croizon veut s'attaquer au roi des rallyes, le Dakar, dont la 38e édition se déroule pour la 9e fois consécutive en Amérique du Sud. Devant les caméras du 20h de TF1, il exprime ses difficultés : "La chaleur, dit-il, l'air qui rentrait à l'intérieur de la voiture était à 55 degrès et on dépassait les 60 degrés à l'intérieur de l'habitacle, c'était terrible". Mais qu'importe, et même si ce Dakar 2017 est jugé par beaucoup comme le plus éprouvant depuis l'arrivée de la course en Amérique du Sud, Philippe Croizon se bat. Grâce à une préparation minutieuse, effectuée chez lui, notamment avec l'aide d'un coach mental. 


L'homme dirige son buggy à l'aide de son bras droit sanglé dans un manche hydraulique. Mais malgré sa dextérité, les ennuis mécaniques étaient au rendez-vous pour cette première semaine de course. Mais grâce à un mental d'acier et au travail d'une équipe soudée, le champion a toujours pu, sur les routes d'Amérique du Sud comme dans la vie, reprendre la course. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques