En Russie, le chef du laboratoire antidopage démissionne

En Russie, le chef du laboratoire antidopage démissionne

ATHLETISME - Après les accusations de dopage organisé au sein de la fédération russe, le responsable du laboratoire antidopage a démissionné, mardi soir. Pour "emmener toute la négativité avec lui", a précisé le ministre des Sports.

Dans la foulée des accusations portées par l'Agence mondiale antidopage (AMA), la Russie l'avait annoncée : elle allait proposer des "mesures concrètes" pour éviter la suspension de ses athlètes lors des prochaines compétitions. La démission du chef du laboratoire antidopage russe ressemble ainsi à un premier geste. Forcé ou pas, Grigory Rodchenko, responsable du labo de Moscou a présenté mardi soir sa démission, soupçonné d'avoir détruit plus de 1400 échantillons, donc d'avoir couvert de nombreux cas de dopage dans le pays.

Remplacé par une spécialiste du même laboratoire

Simple fusible ou vrai responsable, peu importe. Voilà donc le début du ménage et le ministre des Sports, Vitaly Mutki, n'a pas manqué de s'en féliciter. "Il a décidé de démissionner pour emmener toute la négativité avec lui", a affirmé ce dernier à une agence de presse russe. Pour le remplacer, le politique a choisi Maria Dikunets, une spécialiste du laboratoire. Elle aura pour mission de redonner de la crédibilité à l'établissement aux yeux de l'AMA, afin que celui-ci récupère son accréditation, c'est-à-dire qu'il soit reconnu comme intègre.

EN SAVOIR +
>> Ce que dit le rapport de l'AMA
>> "Les Russes ne sont pas les seuls", prévient une athlète française

Suite à la divulgation du rapport de la commission d'enquête lundi, la fédération russe, menacée de ne pas pouvoir aligner ses athlètes aux prochains Jeux olympiques, a promis de soumettre à la fédération internationale d'athlétisme "un document sur [son] programme antidopage et les étapes concrètes de sa mise en œuvre". Ce qui n'a pas empêché, rappelons-le, le Kremlin de juger "totalement infondées" les accusations , "pas étayées par des preuves". Mais pour les politiques russes, la présence des athlètes à Rio vaut bien un petit coup de balai.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques