Marathon de Paris : mais qu'est-ce qui fait courir les femmes ?

Marathon de Paris : mais qu'est-ce qui fait courir les femmes ?

SPORT - Pour le plaisir ou pour la compétition, les femmes sont de plus en plus nombreuses à pratiquer la course à pied. Elles seront près de 10 500 au départ du Marathon de Paris, dimanche. Mais qu’est-ce qui les motive ?

Sur 5,9 millions de personnes qui pratiquent la course à pied en France, 2 sont des femmes. Tel est le résultat d’une enquête de Kantar Media et Uniteam Active associés à la Caisse d’Epargne. "Le succès de cette activité – hommes et femmes confondus – ne s’érode pas avec l’âge, puisque la course à pied est l’un des rares sports à conserver plus de 20% de pratiquants dans les quatre premières classes d’âges, soit de 15 à 50 ans et plus", explique Olivier Chirinian, directeur associé d’Uniteam Active. Cela contribue à la dimension démocratique de ce sport.

Prendre soin de soi.
"L’engouement des femmes qui commencent à courir s’explique par la volonté de prendre soin de leur corps, suivie par celle de se détendre puis celle de perdre du poids." La recherche de la performance arrive plus loin, "même si, depuis plusieurs années, on s’aperçoit que les pelotons se féminisent, dans les courses".
Quand on interroge les mêmes femmes, cette fois, sur leurs motivations à poursuivre dans cette voie, "elles sont 76 % à placer l’hygiène de vie en tête". Des bienfaits au quotidien qui tiennent aussi à l’accessibilité de cette activité, puisque "96% des pratiquants parcourent moins de 10 kilomètres pour aller courir. Ce qui contribue à séduire les femmes".

Le marathon, l’Everest des coureurs.
S’il est possible de faire une course de dix kilomètres de manière impulsive, un marathon ne s’improvise pas. Franchir la ligne d’arrivée nécessite un programme d’entraînement spécifique et une hygiène de vie appropriée. "Les contraintes pèsent sur le quotidien des interrogées. Les trois principaux freins à la pratique du running sont l’absence d’affinités sportives, les contraintes familiales, puis les contraintes professionnelles." Les hommes, de leur côté, ne voient pas la famille comme un frein à la pratique. Les clichés ont la vie dure.

Paris, parcours d’exception.
Si la distance est "emblématique", l’itinéraire du Marathon de Paris l’est aussi. "Il est une réelle source de motivation supplémentaire" pour les 10 497 femmes qui prendront le départ dimanche, selon Olivier Chirinian. "Dans ce cadre, la dimension extra-sportive prend tout son sens." Quitte à souffrir pour atteindre son objectif, autant que ce soit sur "la course qui fait référence en France". Le Marathon de New York est du même registre : réaliser un rêve.

Plus d'articles