Natation : avec la créatine, Florent Manaudou nage dans le bonheur

Natation : avec la créatine, Florent Manaudou nage dans le bonheur

PENCHANT - Dans un portrait que lui consacre Le Parisien magazine, le champion olympique français de natation Florent Manaudou assume sans complexe consommer de la créatine, un produit qui nourrit les fantasmes autour de son supposé effet dopant.

Plus qu'un physique de nageur, un physique de déménageur. Avec son 1,99m sous la toise et ses 100 kilos sur la balance, Florent Manadou est un beau bébé. Qui passe beaucoup de temps à sculpter un corps qui lui a déjà permis, à 23 ans, de conquérir l'or olympique sur 50 mètres aux Jeux olympiques de Londres en 2012 ou quatre médailles du même métal lors du dernier Championnat d'Europe de natation, cet été à Berlin. L'outil de travail du natif de Villeurbanne est impressionnant, notamment grâce à la prise de compléments alimentaires, parmi lesquels de la créatine.

"Les gens ne font pas la différence avec le dopage"

Un nom longtemps associé au dopage. A tort jure le petit frère de Laure, qui défend sa consommation de ce dérivé d'acide aminé naturel au détour d'un portrait que lui consacre Le Parisien magazine vendredi. "J’ai longtemps cru que cette substance était interdite. Mais quand je suis arrivé à Marseille, en 2011, les aînés m’ont dit que c’était autorisé. Alors je m’y suis mis, comme tout le monde…", y affirme le nageur. "Les gens ne font pas la différence avec le dopage", regrette-il ensuite. "D’ailleurs, quand j’ai dit à ma copine que j’en prenais, elle s’est écriée : 'Mais tu te dopes !' J’ai dû lui expliquer que c’est légal, qu’il n’y a pas de danger. Il y a quinze ans, on ne faisait pas de muscu mais, aujourd’hui, tout le monde en passe par là. On essaie de progresser par tous les moyens autorisés".

Sans le vouloir, Manaudou a créé le buzz en dévoilant son penchant pour cette molécule découverte en 1832 par le chimiste français Eugène Chevreul. Si Le Parisien magazine souligne que la créatine est "décriée par certains médecins", au point d'avoir fait "l’objet d’une mise en garde de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)", elle n'est pas un produit dopant et ne figure d'ailleurs pas sur la liste des produits interdits de l'Agence mondiale antidopage (AMA). "Les seules allégations bénéficiant de travaux scientifiques significatifs mais montrant des résultats inconstants, concernent les exercices répétés, de haute intensité, durant 15 secondes ou moins", signalait l'Afssa en 2001 . De quoi tuer dans l'œuf une éventuelle polémique liée aux propos du nageur, même si les plus sceptiques pourront toujours redouter une utilisation de créatine pour masquer la prise de produits anabolisants, qui sont eux interdits.

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques