La star des All Blacks Sonny Bill Williams déclenche une polémique en masquant le logo d’une banque sur son maillot

La star des All Blacks Sonny Bill Williams déclenche une polémique en masquant le logo d’une banque sur son maillot

RUGBY - Le Premier ministre néo-zélandais Bill English a critiqué ce lundi la décision de la star des All Blacks Sonny Bill Williams de masquer sur son maillot le logo d'une banque, vraisemblablement pour des raisons religieuses.

Cachez ce logo que je ne saurais voir ! Vue de France, l’affaire peut prêter à sourire. En revanche, en Nouvelle-Zélande, la polémique a enflé au point de devenir une affaire d’État. Tout est pourtant parti d’un simple morceau de scotch. Celui que le rugbyman Sonny Bill Williams, titulaire au centre lors de la dernière finale de la Coupe du monde, a placé sur le col de son maillot, précisément là où se trouve le logo de la Banque de Nouvelle-Zélande (BNZ), sponsor de son équipe des Auckland Blues. Le Premier ministre néo-zélandais, Bill English lui-même, a publiquement, et sévèrement, critiqué sa démarche sur TV3 : "Difficile de comprendre comment un type peut être traité différemment du reste de l'équipe. Je ne comprends pas ces contrats professionnels, mais si vous êtes dans l'équipe, vous êtes dans l'équipe et vous portez le maillot."

"Nos partenaires commerciaux soutiennent le sport en toute bonne foi"

L’intéressé, lui, a simplement réagi via un tweet, dans lequel il indique qu’il "clarifiera la situation dans le courant de la semaine"…

Mais New Zealand Rugby (NZR), la toute-puissante Fédération néo-zélandaise de rugby, l’a de toute façon précédé, en publiant un communiqué. En cause : la conversion de la star à l’islam, qui l’a poussé à négocier, et à obtenir, une clause de conscience dans son contrat au sujet des "entreprises financières, des banques, des entreprises vendant de l'alcool, du tabac et des entreprises de jeu". En clair : l’usure étant interdite par sa religion, Sonny Bill Williams a fait jouer son droit de choisir quels logos il arbore, ou non, sur son maillot.

Il s’agit, en l’occurrence, d’un traitement particulier, né à la fois des convictions et de l’immense notoriété du joueur. Interrogé là-dessus, Steve Tew, directeur général de NZR, bien que gêné aux entournures, a tout de même manié l’ironie pour commenter la polémique : "Ce genre de situation est géré au cas par cas. C'est très délicat parce que nos partenaires commerciaux soutiennent le sport en toute bonne foi, a-t-il lâché sur les ondes de Radio Sport. Mais ils cherchent évidemment un retour sur investissement qui est en partie le logo qu'on ne voyait pas samedi soir sur le maillot de Sonny Bill." Il n’empêche que cette affaire est, aussi, une forme de coup de pub.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques