Quand Djokovic remet sur la table le débat brûlant des filles trop payées dans le tennis...

Quand Djokovic remet sur la table le débat brûlant des filles trop payées dans le tennis...

TERRAIN GLISSANT - Comme d'autres joueurs avant lui, le n° 1 mondial, sans doute pris par l'euphorie de sa victoire à Indian Wells dans la nuit de dimanche à lundi, s'est fendu d'une petite sortie qui va en irriter certaines... Car Novak Djokovic a expliqué pourquoi selon lui, les joueurs devraient gagner plus que leurs homologues féminines.

Une exception notable. Si le tennis est souvent caricaturé comme étant un sport très conservateur et trop crispé sur ses règlements et son dress code, il n'en est pas un moins une des disciplines les plus progressistes en termes d'égalité salariale hommes/femmes. Car depuis 1973 pour l'US Open, 2000 pour l'Open d'Australie et 2007 pour Roland-Garros et Wimbledon, joueurs et joueuses bénéficient des mêmes prize money sur les tournois du Grand Chelem.

Un état de fait assez unique dans le monde du sport qui avait déjà fait sortir le Français Gilles Simon de ses gonds en 2012. Il rappelait que ses petits copains et lui passaient beaucoup plus de temps sur les courts (ils jouent jusqu'à 5 sets quand les filles en font 3...) et que c'étaient surtout eux, les hommes, qui faisaient tourner la billetterie. 

Depuis, tous les tournois Masters 1000 jouent aussi le jeu de l'égalité salariale, comme c'est le cas à Indian Wells, où ce week-end, Victoria Azarenka et Novak Djokovic ont empoché chacun 1.028.300 dollars (900.000 euros environ).

Les joueuses devraient "à genoux"...

Et cette parité semble donc déranger le n° 1 mondial : "Les statistiques montrent que le tennis masculin attire plus de monde. Selon moi, c'est l'une des raisons qui font que nous devons toucher plus, a ainsi expliqué le Djoko, dans des propos rapportés par la BBC. Tant qu'il y aura des données sur celui qui attire le plus de spectateurs, qui vend le plus de billets, il devrait être équitablement récompensé."

Une sortie du Serbe qui fait écho à celle du boss d'Indian Wells un peu plus tôt, dans laquelle Raymond Moore accusait ses homologues de la WTA (qui gère le circuit féminin) de "profiter du succès des hommes" puis invitait  les joueuses à se mettre "à genoux chaque soir pour remercier Dieu pour avoir donné naissance à Roger Federer et Rafa Nadal, parce qu'ils ont porté ce sport"... Les dames apprécieront. 

À LIRE AUSSI
>>  Dopage : Toni Nadal estime que Roselyne Bachelot est "une imbécile"
>> Retrouvez toute l'actu sport de metronews

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques