Vladimir Poutine et la Russie reconnaissent l'existence d'un "problème" de dopage dans l'athlétisme

Vladimir Poutine et la Russie reconnaissent l'existence d'un "problème" de dopage dans l'athlétisme

VOLTE-FACE - Après avoir tenté de nier les accusations de l'Agence mondiale antidopage (AMA) sur un système organisé dans l'athlétisme russe, le pays semble faire un pas vers un mea culpa. Même Vladimir Poutine a déclaré mercredi soir qu'il fallait tout faire pour éradiquer ces pratiques.

Un revirement spectaculaire. A quelques heures d'intervalles, nous venons d'assister à un vrai changement de ton du côté des autorités sportives et politiques russes. Alors qu'en fin de journée le ministre des Sports, Vitali Moutko, semblait poursuivre la négation des accusations de dopage dans l'athlétisme russe lors des JO de Londres lancées par l'AMA (il a notamment évoqué un complot et accusé l'Angleterre d'avoir un mauvais système de contrôle), deux événements sont venus inverser cette tendance.

Dans une interview faite à la BBC dans la soirée, le secrétaire général de la Fédération russe d'athlétisme Mikhail Butov a déclaré : "Nous avons un problème avec le dopage". Soit le premier aveu depuis le début de cette affaire commencée lundi. Les prémisses d'un mea culpa russe qu'est venue ensuite confirmer la sortie inattendue du président Vladimir Poutine, lors d’une réunion avec des représentants des fédérations sportives à Sotchi.

Poutine : "Nous devons tout faire en Russie pour se débarrasser de ce problème"

Le dirigeant, pourtant indirectement accusé par l'AMA d'être à la tête d'un dopage d'Etat, a ainsi expliqué : "Nous devons tout faire en Russie pour se débarrasser de ce problème". Poutine a ensuite appelé les responsables sportifs russes à une "coopération la plus ouverte, la plus professionnelle avec les structures internationales antidopage" précisant que le pays allait mener sa "propre" enquête.

Et si sanctions il y a, elles devront être "individuelles" et non collectives, a encore estimé le président de la Fédération de Russie. Un virage à 180°C qui s'explique par la volonté d'éviter une exclusion de l'athlétisme russe des JO 2016 à Rio. Une décision que pourrait prendre la Fédération internationale dans quelques jours.

EN SAVOIR +
>> Lamine Diack quitte le CIO
>> Toute l'actu sport du metronews

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques