Zurich 2014 : Mahiedine Mekhissi, pas son premier coup de sang

Zurich 2014 : Mahiedine Mekhissi, pas son premier coup de sang

ATHLETISME - Disqualifié après sa médaille d'or en 3000 m steeple, Mahiedine Mekhissi est un athlète surprenant, aussi talentueux que sanguin. Pas toujours dans le bon sens du terme, en témoignent ses quelques dérapages passés.

Chacun sa façon de montrer sa joie. Jeudi soir, lors de sa victoire en 3000 m steeple aux Championnats d'Europe de Zurich , Mahiedine Mekhissi a opté pour le déshabillage prématuré, en ôtant son maillot bleu pour les derniers mètres de course. ''Comme un joueur de foot'', expliquait-il, se défendant d'être antisportif ou arrogant. ''Est-ce qu'on peut oublier le grain de folie, la joie d'un champion qui peut gagner et qui enlève son maillot ? interroge Ghani Yalouz, le DTN. Laissons les gens s'exprimer, il l'a fait, c'est dans la joie, ça arrive.''

Seulement, ce n'est pas la première fois que Mekhissi se fait remarquer. Lors des Europe de 2012 à Helsinki, le Français, après son succès en 3000 m steeple, déjà, avait fêté son succès... en frappant la mascotte. Il avait d'abord jeté au sol la petite peluche que celle-ci lui tendait avant de raffuter la jeune fille de 14 ans qui se tenait sous le costume.

Il avait été un peu plus soft avec celle de 2010, à Barcelone, la faisant accroupir avant de la pousser au sol.

Autre fait d'armes : en 2011, à l'arrivée du 1500 m au meeting de Monaco, le Rémois s'était écharpé avec son compatriote Mehdi Baala, et violemment. Les deux coureurs avaient finalement été suspendus par la fédération française, qui soulignait ''un comportement inqualifiable'' et les condamnait à 10 mois de suspension de meeting en France, 50 heures de travaux d'intérêt général et 1500 euros d'amende.

Egalement accusé de violence envers un membre du CREPS de Reims, avant de trouver un arrangement à l'amiable, le double champion d'Europe s'est également 'senti trahi', comme il l'avouait en metronews en 2008, quand ses premières belles performances ont amené le scepticisme. Oui, Mekhissi fonctionne beaucoup à l'affectif et ''a une envie supplémentaire de prouver'', ''marche à la déception'', comme il l'annonçait en 2012.

De quoi espérer une éclatante revanche en 1500 m, dont les qualifications auront lieu vendredi matin ? Encore faut-il qu'il ait l'autorisation d'y participer. ''A l'heure qu'il est, je ne sais pas si je vais prendre le départ du 1500 m'', avouait-il jeudi soir. La décision sera prise dans la matinée. ''Quand je l'ai vu enlever son maillot, je lui ai dit de le remettre, expliquait à l'arrivée le DTN Ghani Yalouz. Je connais le milieu de l'athlétisme, et à un moment, le grain de folie, on n'a pas le droit.'' Mekhissi ne le sait que trop bien.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques