Le candidat de la droite et du centre, plongé dans les affaires depuis la fin du mois de janvier, était le grand favori de la présidentielle. Mais si ceux qui votent pour François Fillon ne changeront pas leur bulletin, leur nombre a bien diminué depuis sa désignation. Le voilà numéro 3 dans les études d’opinion et si lui se voit toujours gagner, la dynamique est cassée pour celui qui propose un programme dont ses adversaires critiquent son austérité.

En ce moment

Rubriques