La chute de Dilma Rousseff

  • L'ACCUSATION - Accusée par l'opposition d'avoir maquillé les comptes publics pour camoufler l'ampleur du déficit et signé plusieurs décrets engageant des dépenses supplémentaires sans l'aval du Parlement, la présidente de gauche, Dilma Rousseff, à la tête du pays depuis 2010, a été officiellement destituée le 31 août par le Sénat.

  • UN PROCÈS HISTORIQUE - Depuis le jeudi 25 août, 81 sénateurs étaient chargés d'instruire le procès en destitution de la présidente. Il s'est clos par un ultime débat à la chambre haute du Parlement ainsi qu'un vote a éjecté du pouvoir Dilma Rousseff et ce, malgré un dernier appel lancé lundi 29 août par la dirigeante aux sénateurs.

  • UN "COUP D'ÉTAT" ? - Si ses opposants parlent d'un "crime de responsabilité", Dilma Rousseff se dit victime d'un "coup d'Etat" parlementaire orchestré par l'opposition de droite et le désormais président Michel Temer. La présidente déchue a fait appel du jugement des sénateurs.