La purge en Turquie

  • UN PUTSCH RATÉ - Dans la soirée du 15 juillet 2016, une poignée de militaires turcs tente de prendre le pouvoir. Le mot d'ordre sauvegarder la démocratie et l'ordre public. L'autoritaire président Erdogan se cache... mais reprendre le contrôle. Peu après, il appelle le peuple à s'opposer au coup d'Etat. Au bout d'une nuit sanglante, l'ordre est rétabli.

  • RÉPLIQUE IMMÉDIATE - Le pouvoir accuse Fethullah Gülen, leader exilé d'une confrérie spirituelle influente, d'avoir monté un "État parallèle" dans le pays. Ses fidèles sont assimilés à des terroristes et traqués dans l'éducation, la justice, la presse et même au sein de l'AKP, le parti au pouvoir. En un mois, quelque 40.000 personnes ont été détenues. Début novembre, la purge continue avec l'arrestation de neuf journalistes et responsables du journal d'opposition Cumhuriyet.

  • UNE MANIPULATION GÉANTE ? - L'impréparation du putsch et son échec rapide conduisent certains observateurs à se demander si Erdogan n'a pas laissé venir ses opposants pour mieux les réprimer. Sa volonté de rétablir la peine de mort et le nettoyage du pays finissent de l'éloigner des dirigeants occidentaux. Seul Poutine lui annonce son soutien.

Chronologie

En ce moment

Rubriques