Immobilier : quelles régions affichent les plus fortes baisses de prix au premier semestre ?

Immobilier : quelles régions affichent les plus fortes baisses de prix au premier semestre ?

avec
Parmi les 7 régions françaises où les prix immobiliers baissent, Provence-Alpes-Côte d’Azur est particulièrement affectée avec un recul de 4,9%.

Un train de hausses peut cacher un train de… baisses : si, selon l’enquête sur les transactions au 1er semestre 2017 réalisée par le Réseau CENTURY 21, les prix immobiliers caracolent dans 13 régions françaises, ils stagnent ou se replient dans 7 autres territoires : en Bourgogne, en Bretagne, en Haute-Normandie, en Languedoc-Roussillon, dans les Pays-de-la-Loire, en Rhône-Alpes et dans la région PACA. Pour ces deux dernières, le montant moyen d’une transaction est toutefois supérieur au montant de l’enveloppe de crédit disponible pour une mensualité de 1000 euros sur vingt ans. 

Gros plan sur la région PACA

C’est en Provence-Alpes-Côte d’Azur, où le prix d’acquisition moyen frôle 250.000 euros pour une surface moyenne de 77 m², que les prix ont le plus baissé durant les 6 premiers mois de l’année (-4,9%). Après la Bretagne, c’est aussi la région de France où les délais de vente sont les plus longs avec Rhône-Alpes : 112 jours en moyenne contre 94 jours (tous biens confondus) au niveau national.


Si on fait exception de Saint-Tropez et de Sainte-Maxime, les prix se sont assagis dans la région, ce qui constitue une aubaine pour les acheteurs, en position de force pour négocier dans un contexte de taux historiquement bas.


Avignon, Marseille, Cannes, Draguignan, Cannes, Nice, Cassis, le Lavandou, Aix-en-Provence : si chaque ville constitue un micromarché, le recul des prix est souvent dû aux mêmes facteurs : "La baisse résulte d’une offre excédentaire et des prétentions de certains propriétaires qui mettent leur bien en vente à un prix trop élevé par rapport aux prix du marché", témoigne Eddy Guès, manager associé de l’agence CENTURY 21 du Pays Salonais à Salon-de-Provence. "Ils sont ensuite contraints de ramener ce bien à sa valeur réelle, ce qui a un effet déflationniste". Dans un passé récent, les plus fortes baisses ont été observées à Toulon, La Seyne-sur-Mer et à Draguignan, Marseille sortant tout juste d’une parenthèse récessive.


Au sein de la région PACA (plus de 5 millions d’habitants), le département des Bouches-du-Rhône tire son épingle du jeu. Avec le Var et les Alpes-Maritimes, c’est ici que les prix côtiers sont parmi les plus élevés. Après Paris, Aix-en-Provence, sous-préfecture des Bouches-du-Rhône, s’affiche comme l’un des marchés les plus chers dans l'ancien. 

Focus sur Salon-de-Provence

A Salon-de-Provence, la ville où Nostradamus choisit de s’installer au milieu du XVIe siècle, la tendance est plutôt positive : "Ici, on ne peut pas parler de baisse, mais de stagnation des prix" reprend Eddy Guès. "Les prix se négocient si les biens sont en mauvais état. Les vendeurs ne réalisent pas qu’effectuer quelques travaux leur permettrait d’éviter des négociations importantes dans certains cas. Alors, comme l’offre est abondante, les acheteurs donnent la priorité à la qualité et mettent les biens de plus en plus en concurrence". 


Dans la région de Salon-de-Provence, une maison d’une centaine de m² avec un terrain de 600 m² et une piscine se vend autour de 3200/3500 euros le m². Le prix des belles maisons spacieuses (+ ou - 180 m²) avec piscine et un jardin de 1500 m² s’étagent entre 550.000 et 600.000 euros. En zone urbaine, un appartement de 4 pièces situé dans une résidence de milieu de gamme se vend pour 230 à 240.000 euros et un T3 autour de 200.000 euros.


Le marché est notamment soutenu par l’arrivée des personnels mutés, par exemple chez Eurocopter, et le développement de zones de déstockage qui font travailler pas mal de monde. Les investisseurs immobiliers ne s’y trompent pas : "Nous avons vendu plusieurs lots dans des programmes défiscalisant Pinel, témoigne Eddy Guès, dont des petites surfaces qui sont louées par des étudiants qui font leurs études à Salon ou à Aix".


Pour la fin 2017 et le début 2018, le souhait d’Eddy Guès est que les prix campent sur leurs niveaux actuels afin de maintenir la bonne dynamique du marché. 

La Chaîne Immobilière vous est présentée par CENTURY 21

Plus d'articles

Sur le même sujet