Alessandra Sublet : "Action ou vérité ne cherche pas à humilier les invités"

Alessandra Sublet : "Action ou vérité ne cherche pas à humilier les invités"

INTERVIEW – Alessandra Sublet passe aux choses sérieuses. Après avoir fêté les 30 ans de Bercy et soufflé les 40 bougies de l'INA au cours de deux soirées événementielles, la nouvelle recrue de TF1 propose ce vendredi 18 mars un nouveau talk-show baptisé "Action ou vérité". Explications.

Après un tour de chauffe, passez-vous enfin aux choses sérieuses ?
Les deux primetime que j'ai présentés depuis la rentrée étaient des exercices tout aussi importants mais qui demandent peut-être un peu moins de responsabilité de ma part. Là, avec "Action ou vérité", je retrouve ce que j'aime faire, c’est-à-dire recevoir des gens et discuter avec eux.

Est-ce un gros challenge pour vous ?
Oui, c'est un gros challenge parce que j'arrive sur une chaîne nouvelle, mais l'exercice n'est pas forcément nouveau pour moi. Même si le concept est différent de ce que j'ai pu faire jusqu'ici.

Créer une émission autour d'un jeu, c'est une drôle d'idée. Comment est-elle venue ?
Aujourd'hui c'est compliqué de faire un talk-show sans concept. C'est mieux de partir d'une idée et de la travailler. "Action ou vérité" c'est un jeu, mais c'est aussi une mécanique qui permet à la fois de recueillir des confidences différentes et de proposer des happenings. Jamais un talk-show n'a aussi bien porté son nom. On posera des questions un peu plus cash aux invités qui ne savent pas ce qui va leur tomber dessus. C'est juste une façon de faire différente.

"Mon fonds de commerce a toujours été la bienveillance"

Il n'y aura pas de questions dérangeantes ou d'actions humiliantes ? 

Moi, mon fonds de commerce a toujours été la bienveillance. Je ne suis pas là pour piéger ou humilier les invités, au contraire. Je veux faire ressortir quelque chose d'eux qu'on ne connaît pas. Et avec cette mécanique-là, forcément les réponses sont différentes de ce qu'on entend sur les autres plateaux.

Vous vous payez même le luxe d'avoir Leonardo DiCaprio pour la première. Va-t-il jouer avec vous ? 
Oui mais il ne sera pas sur le plateau. Je suis allée le voir à Londres et il est le premier à avoir testé le concept de l'émission en effet. Quand je lui ai proposé de jouer à "Action ou vérité", il m'a immédiatement rétorqué qu'il connaissait le jeu.

Avez-vous eu du mal à convaincre les invités ? 
La plupart ont fait confiance à ma bienveillance mais je ne vous cache pas qu'ils avaient une petite méfiance (Rire). Pour la première, on retrouvera Enrico Macias, Michèle Bernier, Julien Lepers, Jean-Luc Mélenchon, Miss France et JoeyStarr. Tous sont ressortis en me disant que c'était étonnant car ils se sont livrés tout en s'amusant. La seule chose dont je dépends maintenant, c'est de la réaction du public.

"C'est toujours compliqué d'entendre des vérités pures et dures"

Vérité et télé, n'est-ce pas antinomique ? 
Non, je ne crois pas. Je pense que ce qui compte c'est la façon dont on pose les questions. Après il y aura toujours de bons orateurs qui trouveront le moyen de contourner les choses, même si c'est compliqué car notre façon d'interroger est très vraie.

Etes-vous quelqu'un qui dit toujours la vérité ?
Oui, et ça me vaut parfois beaucoup de déconvenues, parce que je suis faite de ce bois-là. C'est toujours compliqué d'entendre des vérités pures et dures, mais moi j'attends ça des autres.

Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?
(Elle rit) Oui, toutes les vérités sont bonnes à dire, ça dépend de la façon dont on le fait !

"Action ou vérité", ce soir à 22 h 50 sur TF1.

A LIRE AUSSI 
>> 
Alessandra Sublet : "J'ai l'âme d'une bonne élève"
>> 
"Action ou vérité" : que sait-on du prochain talk-show d'Alessandra Sublet sur TF1 ?
 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques