Conflit à ITELE : la grève est massivement reconduite pour un troisième jour

Conflit à ITELE : la grève est massivement reconduite pour un troisième jour

La crise à iTELE

Voir
MOUVEMENT - Au terme d'un rendez-vous avec Maxime Saada, numéro 2 de Canal +, le personnel d'iTELE a décidé de reconduire son mouvement pour le troisième jour consécutif.

A la rédaction d’iTELE, c’est toujours la consternation qui prédomine, en ce troisième jour de mouvement de grève. Ce mercredi matin, Maxime Saada avait rendez-vous avec les journalistes de la chaîne pour leur présenter la nouvelle ligne éditorialee. Au terme d’échanges tendus entre la direction et les journalistes, le mouvement a été reconduit pour 24 heures suite à un vote de 126 voix pour sur 146. 

Pas de projet pour CNews

La rédaction espérait recevoir des réponses à ses revendications notamment sur le projet CNews avec une définition claire du projet éditorial, la clarification du commandement de la chaîne, la nomination d'un directeur de la rédaction indépendant de la direction du groupe Canal, la rédaction d'une charte déontologique en lien avec le comité d'éthique, le report de la venue de Jean-Marc Morandini... Mais là, il est déjà trop tard. 


Des réponses, ils en ont eues. Pas forcément celles qu'ils attendaient. A leur demande d'un projet stratégique et éditorial pour leur chaîne, Serge Nedjar, le directeur général d'iTELE, et Maxime Saada ont opposé une fin de non recevoir : tous deux craignant des fuites dans la presse et affirmant que de toute façon, ce projet éditorial et stratégique était, pour l'heure, inexistant. Pour rappel, CNews, doit être lancé, lundi 24 octobre prochain. 

La demande de mise en place d'une commission de conciliation

Aux questions concernant la chaîne de commandement de CNews, Serge Nedjar a annoncé aux salariés d'iTELE qu'il cumulerait les casquettes de directeur général et directeur de la rédaction. Affirmant, selon Antoine Genton, président de la SDJ d'iTELE (Société des journalistes, ndlr), qu'il ne savait pas ce qu'était une charte d'éthique. 


Il a par ailleurs indiqué  aux salariés que de nouvelles "pistes" de programmes étaient étudiées, comme l'arrivée d'Eric Zemmour ou celle des frères Bogdanov. Les salariés et journalistes de la chaîne demandent la mise en place d'une commission de conciliation réunissant la direction et les organisations syndicales afin de trouver une voie de sortie à ce mouvement. 

Le gouvernement appelle au dialogue

En attendant, devant les locaux d'iTELE, à Boulogne ce mercredi, à 13h, des centaines de journalistes et téléspectateurs s'étaient rassemblés pour apporter leur soutien aux salariés de la chaine d'info du groupe Canal. Parmi eux, Laurent Joffrin de Libération, Fabrice Arfi de Médiapart, Roselyne Bachelot, Stéphane Guillon, Benoît Hamon, Patrick Cohen ou encore Bruce Toussaint. 


Côté gouvernement et responsables politiques, on se mouille, mais pas trop. On appelle surtout au dialogue. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a souhaité, ce mercredi que les journalistes d'iTELE, en grève depuis lundi, et la direction de la chaîne "puissent retrouver les voies d'un dialogue". "Ce que l'on souhaite comme à chaque fois (...) c'est que les conditions d'un dialogue se remettent en place", a déclaré le porte-parole du gouvernement lors de son point presse à l'issue du Conseil des ministres. 

VIDÉO - Morandini sur iTÉLÉ, une première pleine de sous-entendus

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La crise à iTELE

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques