Conflit à iTELE : Le CSA intervient

Conflit à iTELE : Le CSA intervient

La crise à iTELE

Voir
GREVE. Alors que les journalistes d'iTELE ont reconduit la grève pour le troisième jour consécutif, le CSA a annoncé qu'il auditionnerait jeudi Jean-Christophe Thiéry, le président du directoire de Canal +.

Mercredi soir, le CSA a annoncé qu'il auditionnerait jeudi, en assemblée plénière, le président du directoire de Canal+, Jean-Christophe Thiéry, pour lui demander des explications "sur la situation à iTELE, cette grève préoccupante, la programmation à partir de lundi et le malaise dans la chaîne", a indiqué à l'AFP Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA. 


"Le CSA doit se préoccuper d'une chaîne en difficulté, pas d'une émission ou d'un animateur en particulier. Les problèmes commencent à être inquiétants, il est donc important de faire le point avec les dirigeants sur la future programmation", a-t-elle souligné. 

La rédaction d'iTELE a reconduit sa grève pour un 3e jour, à 86% des voix, déçue par l'absence de propositions concrètes du directeur général de Canal+ Maxime Saada sur les projets éditoriaux. Entre détermination et abattement, la rédaction réclame "un projet clair" et "une charte éthique", à quatre jours du changement de nom d'iTELE en CNews. 


Les revendications dépassent désormais largement la demande de suspension de Jean-Marc Morandini, à l'antenne depuis lundi malgré sa mise en examen pour "corruption de mineurs aggravée". Beaucoup prêtent au patron de Canal+, Vincent Bolloré, qui a imposé l'arrivée de Jean-Marc Morandini en dépit de l'opposition de la rédaction, l'intention de transformer leur chaîne d'info en chaîne de divertissement, et de pousser les récalcitrants à partir. 


 La convention de la chaîne avec le CSA stipule qu'iTELE doit "aborder toutes les thématiques, mais ne précise pas dans quelles proportions", a rappelé le CSA. 

Un rassemblement de plus d'une centaine de journalistes a été organisé mercredi devant le siège de la chaîne à Boulogne. Dans la matinée, M. Saada a évoqué devant les journalistes des projets d'évolution de la chaîne, sans détailler de grille. Son objectif est qu'iTELE s'appuie sur les points forts du groupe Canal, sa maison mère, pour renforcer les thèmes du sport, du cinéma, de la culture et de l'international, tout en restant une chaîne d'info généraliste, selon son porte-parole. Un projet que les journalistes ont jugé très flou.


Certains membres de la rédaction songent à partir, d'autant qu'ils craignent que Vincent Bolloré ne veuille les remplacer par ceux de son quotidien Direct Matin, qui emménagent dans leurs locaux.


Une crainte alimentée par le dépôt par la société mère de Direct Matin de la marque "C News matin". Maxime Saada a démenti toute volonté de fusionner les rédactions, évoquant des "partenariats".   La direction a aussi prolongé jusqu'au 4 novembre la possibilité de partir dans le cadre de la "clause de conscience" (avec indemnités) pour ceux qui refuseraient de travailler avec Jean-Marc Morandini.   "Il y a beaucoup de tristesse, de découragement et surtout le sentiment d'une incompréhension sur tous les sujets", a confié un journaliste.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La crise à iTELE

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques