Faut-il regarder (ou pas) "Versailles", ce lundi sur Canal+ ?

Faut-il regarder (ou pas) "Versailles", ce lundi sur Canal+ ?

DirectLCI
ROYAL ? – C'est une fiction très attendue. Et pour cause. Série la plus chère de l’histoire de la télévision française, Versailles débarque ce lundi sur Canal+. Elle nous plonge dans le quotidien de Louis XIV, ou comment un jeune roi de 28 ans a réussi à imposer son pouvoir en entamant la construction d'un des édifices les plus célèbres du mode.

Oui, parce que c'est la série événement de la chaîne
On l'attendait de pied ferme. Canal+ donne ce lundi soir le coup d'envoi de Versailles, sa nouvelle co-production franco-canadienne. Et pour sa nouveauté, la chaîne cryptée a mis des moyens dignes d'une superproduction américaine. Dotée d'un budget de 30 millions d'euros, ce qui en fait la série la plus chère de l’histoire de la télévision française, Versailles raconte l'ascension de Louis XIV et la construction d'un des édifices les plus célèbres du monde. La chaîne qui croit dur comme fer à sa nouveauté a d'ores et déjà commandé une suite dont le tournage débutera en janvier prochain.

► Non, parce qu'entendre parler anglais à la cour française, c'est absurde
Pour donner vie à ce petit monde, Canal+ s'est offert les services de deux scénaristes anglais Simon Mirren (FBI : portés disparus et Esprits criminels) et David Wolstencroft (MI-5) et d'un casting anglo-saxon (on ne compte que deux actrices françaises : Dominique Blanc et Amira Casar). S'ils sont tous très talentueux, on a beaucoup de mal à les entendre s'exprimer dans la langue de Shakespeare alors qu'on est censés être dans la France du XVIIe siècle. Cette "hérésie" s'explique par la volonté de la chaîne de conquérir le marché international. Et ça semble avoir payé puisque Versailles a déjà été vendue dans 15 pays ainsi qu'à la BBC.

► Oui parce que Versailles, c'est rock’n’roll
Loin d'être un cours magistral sur la vie et l'œuvre de Louis XIV, Versailles lève le voile sur les us et les coutumes de la cour du roi. Un drôle de microcosme dans lequel évolue une galerie de personnages à la fois effrayants et fascinants, à l'image de Philippe d'Orléans (Alexander Vlahos), le frère de Louis XIV. Ouvertement homosexuel, ce dandy efféminé manipulé par son amant le Chevalier de Lorraine, entretient une relation d'amour et de haine avec le roi qui s'en méfie autant qu'il l'aime. Réjouissant.

► Non, parce que le roi et la série manquent de charme
Pour incarner Louis XIV, les producteurs ont jeté leur dévolu sur George Blagden, un jeune comédien anglais que l'on a pu voir dans Vikings. Il incarne un roi humain, plein de doutes et de contradictions, à mille lieues de l'image du monarque véhiculé par les livres d'histoire. Seul problème : il manque cruellement de charme, à l'image de la série qui malgré quelques scènes fortes (on vous laissera découvrir le cliffhanger à la fin du premier épisode) et des personnages intrigants n'est pas aussi audacieuse qu'elle en a l'air.

Versailles, ce soir à 20 h 55 sur Canal+.

A LIRE AUSSI >> Versailles : un tournage digne d'une superproduction américaine.

Plus d'articles

Sur le même sujet