Il a "16 ans ou presque" ce soir sur TF1 : 5 choses à savoir sur Laurent Lafitte

CAMÉLÉON - Bien loin du sérieux attendu d'un membre de la Comédie-Française, Laurent Lafitte interprète un avocat pénaliste qui retombe en adolescence. L'occasion de dresser le portrait d'un acteur pas comme les autres qui ne fait jamais dans le politiquement correct.

"Je suis né avec la raie sur le côté, éducation Auteuil-Passy", s'amusait-il dans Madame Figaro. Un look qui n'est pas sans rappeler celui d'Arnaud, le personnage qu'il joue dans 16 ans ou presque. Dans le film de Tristan Séguéla, diffusé ce dimanche soir sur TF1, Laurent Lafitte développe un syndrôme de puberté à retardement au contact de son frère cadet, entraînant une cascade de situations cocasses. Le comédien manie les différents registres et oscille entre théâtre et grand écran. Un seul doute ? L'orthographe de son nom de famille. "Un F et deux T", rappelait-t-il dans L'Express en 2014. "On fait toujours des fautes à mon nom mais de moins en moins, c'est un signe", disait-il. Portrait d'un acteur accro au second degré.

  • 1Il a débuté grâce à une petite annonce

    Né le 22 août 1973 à Fresnes, en région parisienne, Laurent Lafitte est encore au lycée quand il passe son premier casting. "Ma première expérience d'acteur, c'est grâce à France Soir", racontait-il sur France Info en 2014. "Il y avait une petite annonce pour un casting pour un téléfilm pour FR 3 avec Michael Lonsdale et j'ai envoyé un photomaton, rencontré le réalisateur et passé un bout d'essai. J'avais 15 ans", se souvient-il. A l'issue du tournage de L'Enfant et le président, il claque la porte de l'école et rejoint la classe libre du célèbre Cours Florent.

  • 2Il a été recalé au casting d’"Hélène et les garçons"

    Il poursuit ses cours au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et file en Angleterre pour "se perfectionner en danse et en chant", précise le site de la Comédie-Française.  Au début des années 1990, vient le temps des premiers castings pour les séries à succès de l'époque. Il obtient un rôle de figurant dans Premiers baisers en 1992 et Seconde B en 1993. Mais échoue pour LE programme du moment : Hélène et les garçons. C'est la directrice de casting d'AB Productions qui le racontait dans So Film en 2013 : "Guillaume Canet a dû faire une apparition mais on ne l'a pas gardé. Laurent Lafitte pareil". L'année suivante, il devient Juan dans Classe mannequin mais n'en garde pas un souvenir impérissable. "Je pense que ça a dû m'empêcher de travailler pendant un moment, ça reste une sitcom ado donc ce n'était pas non plus quelque chose de très valorisant pour un comédien (...). J'ai dû m'en défaire par la suite en montrant que ce n'était pas moi", disait-il dans Grand public sur France 2 en 2013.

  • 3Il est pensionnaire de la Comédie-Française

    Aux Etats-Unis, les acteurs oscarisés ont droit de voir la formule "récompensé aux Oscars" collée à leur nom à chacun de leur film après avoir remporté la statuette. Il en va de même en France pour les membres de la Comédie-Française. Laurent Lafitte intègre l'institution le 8 janvier 2012. Sur scène, il donne vie aux textes les plus célèbres du théâtre, du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare au Malade imaginaire de Molière. "Etre à la Comédie-Française me permet d'être rassasié", dit-il. L'an dernier encore, il affirmait dans Version Femina : "La Comédie-Française est très importante car elle me donne accès à des textes et à des metteurs en scène qui ne viendraient pas forcément me chercher à l'extérieur".

  • 4Il ne devait pas jouer Antoine dans "Les Petits Mouchoirs"

    Son rôle d'amoureux transi dans le film de Guillaume Canet, sorti en 2010, l'a révélé au public. Et dire qu'il n'avait pas été le premier acteur envisagé pour ce rôle ! L'histoire raconte que c'est Guillaume Canet lui-même qui devait prêter ses traits au personnage. Mais il a changé d'avis en voyant le one-man-show de Laurent Lafitte, qu'il avait déjà fait tourner dans ses deux précédents films. Un spectacle "Comme son nom l'indique" salué par la critique dans lequel il laisse libre court à son humour sans filtre. Au passage, notez qu'une suite des Petits mouchoirs sera tournée en 2018.

  • 5Il a une manière bien à lui d’animer les cérémonies

    Molières, César, Festival de Cannes. Il les a toutes faites. Toujours avec cet humour grinçant qui ne plaît pas à tout le monde. Deux sorties ont beaucoup fait parler. En 2012, il remet le "César du meilleur Français dans une actrice américaine", annonçant "Benjamin Millepied dans Natalie Portman", "Olivier Martinez dans Halle Berry" ou encore "Brahim Zaibat dans Madonna", déclenchant l'hilarité dans la salle. Il fera moins rire en 2016 lors de la cérémonie d'ouverture du 69e Festival de Cannes en taclant Woody Allen. "Ces dernières années, vous avez beaucoup tourné en Europe alors que vous n'êtes même pas condamné pour viol aux Etats-Unis", a-t-il lancé au réalisateur américain. La réponse du principal intéressé ? "Je suis totalement favorable à ce que les comédiens fassent les plaisanteries qu'ils ont envie de faire". Comme disait Coluche, on peut rire de tout. Ça dépend avec qui.

En vidéo

"Papa ou maman", Marina Foïs et Laurent Lafitte tournent le divorce à la dérision

16 ans ou presque, ce soir dès 20h55 sur TF1.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques