Jean-Marc Morandini en colère contre NRJ 12 après la déprogrammation de "Face à France"

Jean-Marc Morandini en colère contre NRJ 12 après la déprogrammation de "Face à France"

PAS CONTENT – Après la déprogrammation de son émission "Face à France"sur NRJ 12, Jean-Marc Morandini est très énervé. Sur Twitter, puis dans une interview, il a tenu à expliquer les raisons de sa colère.

Mais que se passe-t-il entre Jean-Marc Morandini et NRJ 12 ? En tout cas, ce n'est pas l'amour fou en ce moment. Suite aux attentats de Paris de vendredi 13 novembre, de nombreuses chaînes ont déprogrammé certains de leurs programmes. Sur NRJ 12, c'est "Face à France" qui fait les frais de ces annulations. Et c'est une décision qui ne plaît pas du tout à Jean-Marc Morandini.

Dans ces deux tweets, publiés hier lundi 16 novembre, l'animateur exprime son mécontentement. "On s'achemine visiblement vers une annulation de #FaceAFrance demain soir la chaîne ne souhaitant pas que les attentats soient évoqués. Et il est pour ma part hors de question de faire une émission qui n'évoquerait pas ce drame. #TousUnis", a-t-il écrit sur le compte de l'émission quelques heures avant que NRJ12 ne confirme la déprogrammation de l'émission.

Jean-Marc Morandini abasourdi

Dans une interview à Télé 2 Semaines , Jean-Marc Morandini va encore plus loin : "je suis sous le choc de cette décision et je ne la comprends pas. Je déciderai dans les heures qui viennent des conséquences. Je n'en dirai pas plus pour le moment", a déclaré l'animateur en colère. Un départ de la chaîne ?

A LIRE AUSSI >> "TPMP" : après les attentats, Cyril Hanouna veut "remplacer la violence par l'amour"

Complètement abasourdi par cette décision, l'animateur affirme : "Vous avez des patrons qui acceptent de mettre à l'antenne une émission qui s'appelle "Face à France", dont le concept consiste à rebondir sur l'actualité et à écouter ce qu'ont à dire les Français sur l'actualité. Or, s'il y a cette semaine une chose qui fait l'actualité et sur laquelle on a envie d'entendre nos panélistes, ce sont bien les attentats de vendredi. Je ne me voyais pas parler d'autre chose avec eux demain alors que toute la France ne parle que de ça !"

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques