"Jérémy Ferrari a dit à Manuel Valls ce que beaucoup de Français pensent"

"Jérémy Ferrari a dit à Manuel Valls ce que beaucoup de Français pensent"

VOS RÉACTIONS - Vous attendiez au tournant le passage de Manuel Valls premier ministre dans "On n’est pas couché", samedi. Et... vous êtes plutôt déçus.

Un passage attendu. Samedi soir, Manuel Valls était le premier Premier ministre en fonction à être cuisiné sur le fauteuil d’"On n’est pas couché", chez Laurent Ruquier. Au-delà de la traditionnelle interview par Léa Salamé et Yann Moix, deux moments ont également retenu l’attention : l’interpellation ferme (et annoncée) de Jérémy Ferrari, mais également… l’espièglerie de Jean d’Ormesson. Revue de détail.

Forcément, la venue de Manuel Valls devait donner une interview particulière . Notre internaute Florian salue au contraire “une communication bien rodée, un premier ministre qui a su se défendre et éviter les sujets fâcheux”. “Tellement monotone, ennuyeux… Je regarde régulièrement l’émission et les invités sont interrogés durement : c’est ce qui en fait l’intérêt, estime Chantal. Le débat a été très facile pour Valls, qui n’a pas eu de contradicteur.“ “Même si Léa Salamé était brillante, comme toujours, la seule intervention de Yann Moix aura été de porter une kippa pour créer un pseudo buzz”, regrette Karim.

EN SAVOIR + >> Manuel Valls à "ONPC" : son passage en 7 phrases clés

Et le chômage alors ?
La question sur ce thème crucial pour François Hollande n’arrivera qu’après plus d’1h10 d’interview. “Qu’est-il venu faire au juste?, peste Colette. Parler de la déchéance de nationalité ? Je suis persuadée que 70% des citoyens n’en ont rien à cirer que cette loi soit adoptée ou pas.“ “Toujours dans la com’, jamais dans l’action utile au pays, regrette Jean-Paul. La France en guerre est glorifiée, mais en avons-nous les moyens ?“ “Sans me faire l’avocat de Valls, veut nuancer Nass, je précise à ceux qui lui reprochent de n’avoir parlé que de terrorisme que c’est avant tout parce que c’est le seul sujet sur lequel on l’interrogeait…”

 

Ferrari/Valls : un nouveau Balavoine face à Mitterrand ?
Un "accrochage" qui avait été annoncé . Jérémy Ferrari s’est bien fait remarquer, et c’est Laurent Ruquier lui-même qui a posé la comparaison pendant leur échange. Et pour beaucoup d’internautes, l’intervention de l’humoriste a été la “vox populi” qui manquait à une interview ronronnante : “Bravo à Jérémy Ferrari qui a su recadrer un Manuel Valls hypocrite, menteur et opportuniste, aussi incompétent que Hollande!”, s’est réjoui Mohamed. Ania ne le contredira pas : “Je l’ai trouvé très bon, il a dit non seulement ce qu’il avait sur le coeur, mais aussi ce que beaucoup de Français ressentent.” Mais pas Florian : “Il avait certainement besoin de vendre des places de spectacle, ironise-t-il. Je l’ai trouvé très confus et ambigu.” Quoi qu’on pense de lui, l'humoriste aurait-il sauvé une émission “soporifique” ? C’est ce qu’a trouvé JP : “Sans lui, c’était un bide total. Il a fallu attendre la fin pour qu’il puisse parler, sans vraiment obtenir de réponses…”

EN SAVOIR + >> "Nous on se fait tirer dessus !" : vif accrochage entre Jérémy Ferrari et Manuel Valls  

 

 

Enfin, la malice de Jean d’Ormesson a aussi été relevée (et saluée) par quelques internautes. “Ce grand charmeur a eu beaucoup d’audace dans ses répliques”, salue Jocelyne. “Ferrari et d’Ormesson ont chacun parlé deux minutes à la fin : tout le monde comprend et adhère!”, extrapole Patrick. Alors que Valls, pendant plus d’une heure, a fait du hors sujet en nous faisant croire qu’il était naturel… Et personne n’a gobé !”

EN SAVOIR + >>  VIDÉO - Pour Jean d'Ormesson, Manuel Valls possède l'art de 'l'enfumage'

 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques