Karine Le Marchand : "'L’amour est dans le pré' arrive à point nommé pour nous donner de la légèreté"

DirectLCI
INTERVIEW – M6 donne ce lundi soir le coup d’envoi de la saison 12 de "L’amour est dans le pré". L’occasion pour LCI de poser quelques questions à son animatrice emblématique, Karine Le Marchand.

LCI : Les candidats de cette nouvelle saison sont-ils très différents des précédents ?

Karine Le Marchand : Je crois que le casting de cette saison est assez particulier. D’abord nous sommes revenus à des fondamentaux. Dans leur caractère, les participants sont plus "traditionnels". La moitié d’entre eux ne sont pas très riches. Ils viennent de régions qui ne sont pas forcément très prisées par le tourisme. Surtout, ils ont une grande maturité affective. Quand j’ai commencé cette émission, je me disais que les agriculteurs étaient des taiseux. Et là, on a des gens qui sont sans filtre, qui disent tout ce qu’ils ressentent et qui laissent aller leurs émotions. Pour une émission de télé, c’est un vrai cadeau. Ils veulent pleurer, ils pleurent, ils ont un coup de foudre, ils le disent. Ils sont fragiles, ils le disent. Ils sont forts… ils le disent aussi ! 


LCI : Avant même la diffusion du premier épisode, vous nous avez révélé qu’un agriculteur s’était pacsé avec l’une de ses prétendantes. C’était déjà arrivé ?

Karine Le Marchand : Pas avant le bilan, non. Il est arrivé avec Thierry et Annie qu’ils se marient avant la fin de la diffusion de la saison. Là, ils se sont rencontrés en mars et ils sont déjà pacséd (l’interview a eu lieu fin mai – ndlr) !  Au-delà de ça, on a beaucoup d'histoires d'amour cette année. A vrai dire, jamais autant de couples ne s’étaient installés ensemble avant le bilan.

LCI : La profession d’agriculteur est en difficulté, il y a beaucoup de souffrance (Jean-Pierre, candidat de la saison 5 s'est donné la mort en décembre dernier - ndlr). Est-ce que cette émission vise aussi à la mettre en lumière sous un jour plus positif ?

Karine Le Marchand : Complètement. Cette émission a changé l’image de l’agriculture. Parce qu’on s’aperçoit qu’il y a plein de façons de faire ce métier. Ce ne sont pas tous des bourrins qui jettent des pesticides sur leurs champs en se moquant de demain ! C'est bien plus subtil et on y rencontre des gens formidables. Au-delà de ça, c’est une émission qui fait du bien… parce qu’on passe aussi d’une campagne à l’autre. A titre personnel, j’étais angoissée par ce qui s’est passé ces derniers mois, je n’en pouvais plus. Il y avait une chape de plomb sur la tête de tout le monde. Sans parler des attentats… Cette émission arrive à point nommé pour nous donner de la légèreté.


LCI : Ca veut dire que vous en avez fini avec les émissions politiques ?

Karine Le Marchand : Attention, j’estime que mon émission, "Une ambition intime", était plutôt joyeuse. Parce que j’abordais les hommes politiques comme j’abordais les agriculteurs. C’est mon ambition intime de continuer… mais avec qui que ce soit. Avec des people aussi. (Le premier devrait être Franck Dubosc – ndlr). 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Médiasphère

Plus d'articles

Sur le même sujet