Pedro Almodovar : 5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur le président du jury du prochain festival de Cannes

Pedro Almodovar : 5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur le président du jury du prochain festival de Cannes

Festival de Cannes 2017

Voir
PORTRAIT – C'est le maître du cinéma espagnol contemporain. Pedro Almodovar, grand provocateur et réalisateur de génie à la filmographie bourrée de pépites, présidera le jury de la 70e édition du Festival de Cannes qui se déroulera du 17 au 28 mai.

Il a toujours rêvé de faire du cinéma
Né le 24 septembre 1949 à Calzada de Calatrava, Pedro Almodóvar a grandi dans un petit village isolé en Castille-La Manche. Il étudie chez les Franciscains et, comme beaucoup de jeunes garçons de son âge, a été scout. Las de cette vie monotone où il passe ses journées à lire, à peindre et à regarder la télévision, il décide de partir à 17 ans tenter sa chance à Barcelone, sans le sou. Avec un rêve : faire des films.


Il a travaillé douze ans dans un bureau
Pour s'acheter sa première caméra Super 8, il décroche un job d'opérateur à la Compagnie nationale de téléphone d'Espagne où il passera 12 ans. Employé modèle le jour, il passe ses nuits à écrire des scénarios pour des magazines de BD. Auteur de romans-photos, il réalise en parallèle plusieurs courts-métrages en Super 8 tout en faisant partie d'un groupe de punk rock.


Son frère Agustín est son producteur
Chez Pedro Almodovar, la famille, c'est sacré. En 1986, il fonde avec son frère Agustín Almodóvar la maison de production El Deseo. Si son premier long-métrage sorti en 1980, Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier, se fait remarquer, il rencontre véritablement le succès grâce à Femmes au bord de la crise de nerfs, qui rafle 5 Goyas, soit l'équivalent des Cesars du cinéma espagnol, en 1989.


Penelope Cruz a failli le faire changer de bord
Si Pedro Almodovar n'a jamais caché son homosexualité, il a avoué que la seule qui aurait pu le faire changer de bord était Pénélope Cruz, une de ses comédiennes fétiches. Depuis leur première collaboration en 1997 avec En chair et en os, ils ne se sont plus jamais quittés. Ils tourneront à nouveau cinq films :  Tout sur ma mère, Volver, Etreintes brisées, La Conseillère anthopophage et Les Amants passagers.

Un maudit de la Palme d'Or 
Pedro Almodovar est un habitué du Festival de Cannes. Il a été cinq fois en compétition pour Tout sur ma mère, Volver, Etreintes brisées, La Piel que habito et Julieta. Mais bien que souvent porté par les critiques qui le plaçaient parmi les favoris, il n'a jamais remporté la Palme d'Or.  En 1999, son drame Tout sur ma mère échoue déjà face au raz-de-marée Rosetta des frères Dardenne, largement plébiscité par David Cronenberg et ses jurés. En 2006, Volver se fait doubler par Le vent se lève de Ken Loach. Ce même réalisateur qui lui provoquera une autre douche froide en 2016 en remportant encore le prestigieux prix pour Moi, Daniel Blake, alors que Pedro Almodovar espérait faire gagner son Julieta.

En vidéo

Pedro Almodovar : son plus beau souvenir à Cannes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques