Si Bertrand Chameroy n'est pas la taupe de "TPMP", ça y ressemble beaucoup...

Si Bertrand Chameroy n'est pas la taupe de "TPMP", ça y ressemble beaucoup...

BAD BUZZ - Le mot n'a jamais été prononcé mardi soir dans TPMP, mais la mise en scène du départ de Bertrand Chameroy laisse pense que c'est bel et bien lui, la taupe qui a "balancé" dans les pages de "Society". Retour sur l'affaire qui agite les médias et les réseaux sociaux depuis bientôt une semaine.

Affaire de la taupe, suite et fin ? Bertrand Chameroy, le benjamin de TPMP, a annoncé mardi soir, en direct, son départ "provisoire" d'un programme qu'il avait rejoint en 2012, lors de l'arrivée du programme sur D8. Une séquence "émotion" un brin surréaliste, à une heure où la gaudriole est d'ordinaire de rigueur.

Petit rappel des faits : la semaine dernière, le magazine Society publiait une longue enquête dans laquelle un membre anonyme de l'équipe de Cyril Hanouna critiquait ouvertement son patron. "Quand il s'énerve, il vrille complètement, il ne sait plus ce qu'il dit", disait notamment celui – ou celle – qui avait donné rendez-vous, dans un lieu discret, au journaliste Victor Legrand.

EN SAVOIR +
>> Hanouna a viré Chameroy, affirme Voici

>> Et si Chameroy se recasait chez... Arthur ?

Le patron de Society met la pression

Lundi soir, toute la bande de "TPMP" a débattu de l'article en question, mettant en doute le travail de Society. "Tous les témoignages sont faux", déclarait notamment l'animateur-producteur de l'émission. Lequel, comme Gilles Verdez, expliquait s'être entretenu avec Victor Legrand. Mais ne pas avoir retrouvé une ligne de leur échange.

Face à ces attaques, Franck Annese, le patron de Society, menaçait mardi sur Twitter de "lâcher quelques enregistrements", tandis que la question revenait, sans cesse, sur les réseaux sociaux : mais qui est la taupe ? "Tout ce que je peux dire c'est qu'il s'agit d'un historique de l'émission", a déclaré Victor Legrand, interrogé par L'Express, refusant d'en dire plus pour ne pas griller ses sources.

De vrais-faux aveux en direct

Jusqu'à l'annonce, mardi soir, du départ de Bertrand Chameroy en direct dans l'émission. Le jeune chroniqueur ne sera jamais désigné comme le coupable. Mais la mise en scène de son départ est éloquente. Lancé par Cyril Hanouna, qui explique son protégé est venu le voir "une demi-heure avant l'émission", il explique qu'il a "besoin de prendre un peu de recul".

A LIRE AUSSI
>> "Le départ de Chameroy était prévu avant l'enquête"
>> Regardez l'annonce, en direct mardi dans TPMP

"Je ne me sens pas à l'aise et je ne veux pas venir sourire alors que je n’ai pas envie de sourire", continue-t-il, visiblement troublé. Alors que son patron assure que ça n'a rien à avoir avec l'ambiance au sein de l'équipe, le benjamin corrige. Il apprécie moyennement certains, "mais ils le savent". On notera que depuis hier soir, seuls Thierry Moreau, Jean-Luc Lemoine et Julien Courbet ont apporté leur soutien au démissionnaire sur Twitter.

La faute à la médiatisation ?

Et l'article de Society dans tout ça ? Quand Cyril Hanouna suggère qu'il a mal vécu les rumeurs qui ont fleuri sur les réseaux sociaux suite à sa parution, Bertrand Chameroy abonde : "Qu'on soit clair, quand on 27 ans, on n'a pas les épaules pour supporter tout ce qui s'est dit". Ce qui s'est dit ?

Dans l'enquête, un témoin racontait comme le jeune homme avait fondu en larmes, suite à une séance d'hypnose : "Valérie Benaïm a demandé à la prod' de le réveiller et de le renvoyer chez lui mais ils ont répondu que cela ferait une 'super séquence', et Chameroy a fait toute l'émission en déprime totale, raconte l'un deux. Pour moi, c'est comme un viol".

A LIRE AUSSI >> Ce qu'on pouvait lire dans l'article de Society

L'article faisait également allusion au jour où Bertrand Chameroy a retrouvé un étron de son patron dans l'une de ses chaussures. Une blague potache que les deux hommes avait évoqué lundi dans ce qui restera peut-être la dernière chronique de cet espoir de la télé, qui avait fait ses débuts en 2009 sur Direct 8, aux côtés de Jean-Marc Morandini.

Coup de fatigue ? Craquage psychologique ? Un peu des deux ? Si officiellement la porte de TPMP lui reste ouverte, et qu'il a annoncé lui-même conserver ses "autres" émission sur D8, les prochaines semaines pourraient en dire plus sur l'ampleur de l'affront. Et la capacité, ou non, de ses camarades de jeu à pardonner... 

A LIRE AUSSI 
>>  Hanouna et Malagré attaqués pour "menaces de violences physiques"
>>  Morandini, Bouvard, Onfray... Quand Hanouna a les oreilles qui sifflent !
 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques