"Une Ambition Intime" : de nouveaux portraits avant la présidentielle ? Karine Le Marchand y songe…

DirectLCI
PROJET - Invitée ce lundi matin de "La Médiasphère", sur LCI, Karine Le Marchand est revenue sur le succès de "Une ambition intime", l’émission où elle a recueilli les confidences de plusieurs personnalités politiques de premier plan. Et visiblement ce n’est qu’un début…

"Une Ambition Antime" ? Un succès d’audience avec respectivement 3 millions et 2.6 millions de téléspectateurs pour les deux numéros de cette émission controversée où Karine Le Marchand a recueilli les confidences de François Fillon, Marine Le Pen, Alain Juppé, Arnaud Montebourg et autre Nicolas Sarkozy… 


En ce début d’année 2017, l’animatrice lance la nouvelle saison de "L’amour est dans le pré", avec la deuxième salve de portraits, ce soir sur M6. Mais l'aventure "Une ambition intime" n’est pas terminée, bien au contraire. Invitée ce lundi de Christophe Moulin dans La Médiasphère, "KLM" révèle que son téléphone sonne (un peu) beaucoup depuis quelques semaines. "Plein d’hommes et de femmes politiques m’ont appelé pour avoir leur Ambition Intime", assure-t-elle, sans donner de nom.

Elle a été sollicitée par plusieurs personnalités politiques

"Les personnes qui m’ont sollicité ne sont pas forcément celles qui vont aller jusqu’au bout", a-t-elle toutefois consenti. "Je fais une émission qui pour l’instant n’est que sur les présidentiables. Ceux qui ont leurs parrainages. Je suis en train de négocier et j’aimerai bien avoir le gagnant de la primaire de la gauche."


Reste à connaître son nom. Manuel Valls ? Il n’a pas émis de réserve, jusqu’ici, à une éventuelle participation, contrairement à Benoît Hamon qui a refusé l’invitation, après avoir rencontré l’animatrice. Vincent Peillon, lui, s’est clairement déclaré fan de l’émission. Arnaud Montebourg, enfin, a déjà été reçu par Karine Le Marchand lors de la première salve de portraits. 


"Je peux la rediffuser", observe l’animatrice, à propos de cette émission. "Surtout que j’ai 4 heures de rushes. Donc je peux la reconstruire différemment. Pareil avec François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon. Je peux me resservir des rushes pour faire quelque chose de plus complet." Premier élément de réponse, le 22 au soir, après le premier tour de la primaire de gauche.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Médiasphère

Plus d'articles

Sur le même sujet