Victoires de la Musique classique : ces trois révélations vous font faire swinguer

Victoires de la Musique classique : ces trois révélations vous font faire swinguer

CEREMONIE – Moins médiatisées que les Victoires de la Musique, pas moins riche en talents, les 23e Victoires de la Musique classique récompenseront les meilleurs chanteurs et instrumentistes français, mercredi 24 février sur France 3. Voici trois jeunes pousses en lice, qui assurent déjà la relève.

Qu'on se le dise : le classique, c'est fantastique. Tout le monde aime ça sans le savoir : les gens qui disent bâiller devant un orchestre sont les mêmes qui vibrent au son du générique de Star Wars... qui est joué par un orchestre. Seulement, le classique se prête encore assez mal à la médiatisation de masse. A la télé, on a pu assister à une réussite encourageante : l'émission Prodiges, diffusée chaque mois de décembre sur France 2. Si vous avez aimé les jeunes artistes révélés par Prodiges, vous apprécierez ceux-ci, en lice pour les Victoires de la Musique classique 2016, décernées mercredi 24 février sur France 3 et présentées par Claire Chazal et Frédéric Lodéon.

Catégorie révélation instrumentale : Camille Berthollet (violon et violoncelle)
La gagnante de Prodiges en 2014, c'était elle. Cette jeune fille de 17 ans, originaire d'Annecy, joue déjà dans la cour des grands. Déjà parce qu'elle joue aussi bien du violon que du violoncelle. Ensuite, parce qu'elle a enregistré un premier disque qui s'est écoulé à plus de 70 000 exemplaires, une performance dans sa catégorie. Avec sa bonne humeur, sa flamboyante chevelure et son énergie contagieuse, Camille Berthollet est prête à conquérir un public plus large et plus jeune.

Catégorie révélation lyrique : Guillaume Andrieux (baryton)
A 31 ans, Guillaume Andrieux détonne presque dans la catégorie de révélation. Le jeune baryton poursuit une belle carrière commencée très jeune, tournant dans tous les opéras du monde et dans tous les festivals, avec des rôles allant du baroque au contemporain. Guillaume Andrieux est un touche-à-tout de la voix, d'une curiosité boulimique, qui aime autant l'intimité du lied (chant avec piano) que s'amuser avec Offenbach. Car n'oublions pas qu'un bon chanteur d'opéra doit aussi être un bon acteur.

Catégorie meilleur enregistrement : Julie Fuchs, "Yes !" (Deutsche Grammophon)
La soprano de 31 ans, Victoire de la révélation lyrique de l'année 2012, n'a rien de l'artiste souffrant dans sa tour d'ivoire. Pour Julie Fuchs, chanter rend heureux, soi-même et les autres, point barre. Pour son premier récital avec orchestre, elle chante aussi bien des mélodies de Ravel et de Poulenc que des airs sur la libération des mœurs, le féminisme, les années folles... Sans oublier de l'opérette et des œuvres peu chantées par ses consœurs. On dit "yes !"

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques