VIDEO - Christian Estrosi vs. Elise Lucet dans "Cash Investigation" : une passe d’armes surréaliste

POLÉMIQUE – Mardi 18 octobre sur France 2, "Cash Investigation" a diffusé un reportage consacré au stade de Nice dont le coût de la construction est jugé par certains exorbitant. Christian Estrosi, lui, a dénoncé sur Twitter et sur le plateau de l’émission une série de mensonges.

Chacun campe sur ses positions. "Cash Investigation", diffusé mardi 18 octobre sur France 2, était consacré aux dérapages dans l’attribution des marchés publics. Dans la ligne de mire notamment du magazine d’investigation d’Elise Lucet : le stade de Nice. Considéré par certains comme surdimensionné, ce stade de 35.000 places a été construit par le groupe Vinci dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) conclu avec la ville pour un coût final de 372 millions d’euros, selon "Cash Investigation". Selon le magazine avec une telle somme, la ville aurait pu s’offrir deux stades.  


Pendant la diffusion de ce sujet, Christian Estrosi, ancien maire de Nice et actuel président de la Région PACA, a inondé Twitter de messages dans lesquels il dénonçait les "mensonges" de cette enquête. Il a également dévoilé une lettre adressée lundi 17 octobre au CSA. Selon lui, ce reportage "manque de sérieux et comporte de nombreuses inexactitudes avec pour seul but de manipuler et désinformer les téléspectateurs". "Devant la méthode consistant à venir m’interroger dans la rue sans m’avoir prévenu, j’ai accepté de me rendre sur le plateau", a-t-il précisé avant de dénoncer un "manque d’objectivité" de l’émission et la "caricature" dont il est victime. 

Sur le plateau, face à Elise Lucet, Christian Estrosi est apparu plutôt calme avant que le ton ne monte entre les deux interlocuteurs qui n’en démordent pas. Mais la passe d’armes ne s’arrête pas là puisque Christian Estrosi a créé un site Internet baptisé "Toute la vérité sur le stade de Nice" pour répondre aux "mensonges de Cash Investigation". Et de leur côté, les journalistes de l’émission ont défendu leur travail et répondu à certains points sur le site du magazine

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques