VIDÉO - Comme Laurence Ferrari, Daphné Bürki et Maya Lauqué expriment leur émotion après les attentats

VIDÉO - Comme Laurence Ferrari, Daphné Bürki et Maya Lauqué expriment leur émotion après les attentats

MESSAGES – Sur différentes chaînes de télévision, les présentateurs, journalistes ou animateurs ont tenu à adresser des messages de soutien aux victimes des terribles attentats de Paris, survenus vendredi 13 novembre.

Ce lundi, les émissions télé étaient endeuillés, comme le pays entier. Après Laurence Ferrari dans "Le Grand 8" et ses larmes, ce sont Daphné Bürki dans "La nouvelle édition" de Canal + et, Maya Lauqué dans "La Quotidienne" de France 5 qui ont tenu à rendre hommage aux victimes des attentats de Paris, survenus le 13 novembre dernier.

Ce midi, en ouverture de "La Quotidienne", Maya Lauqué sa présentatrice a tenu à adresser un message de soutien à l'un des techniciens du programme, dont la compagne a été tuée ce week-end. Les larmes aux yeux, la gorge nouée, elle s'exprime avec ces mots : "Un mot pour toi, Rémy. Rémy est l'un de nos monteurs. Il était au Bataclan avec sa compagne. Rémy a été blessé. Estelle a été tuée. Nous pensons à eux, à toutes les victimes qui ont été tuées et qui ont été blessées, et à leurs proches, évidemment".

Après "La Quotidienne", "La nouvelle édition"

Quelques minutes plus tard, c'est Daphné Bürki qui prend l'antenne. Dans "La nouvelle édition" sur Canal +, elle a tenu, elle aussi à se joindre au mouvement de solidarité de la télévision française. "Nous sommes le lundi 16 novembre 2015, je m’appelle Daphné Bürki, je suis Parisienne, je suis Française", débute la présentatrice de 35 ans émue et grave, entourée de son équipe de chroniqueurs.

L'animatrice a un style bien à elle et encore une fois, elle l'a prouvé ce lundi midi. "Sur mon bras, il est tatoué Paris, Paris ma ville dont je suis fière, celle où on danse, celle où on s’instruit, celle où on s’embrasse, celle qui est libre. Une autre phrase tatouée : 'Dont stop me now', ne m’arrêtez pas maintenant, ne m’arrêtez jamais".

À LIRE AUSSI >> Laurence Ferrari, émue aux larmes sur D8.

Pour le prouver, elle brandit des places de spectacles : 'Je devais aller hier soir au Bataclan écouter du rock, les Deftones. Ce soir, j’allais à Bercy secouer ma tête sur les Foo Fighters. Je fais partie de cette génération qu’ils ont voulu anéantir vendredi. Ils ont pris mes amis, nos amis, ce n’est que partie remise". Pour conclure, avec beaucoup d'espoir dans la voix, elle affirme : "N’ayons pas peur, gardons la tête haute et soyons solidaires. La nouvelle édition se joint à la peine immense des familles des victimes".

- L'émotion de Daphné Bürki

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques