Vu de Twitter – Erika Moulet qui danse nue dans "Touche pas à mon prime", ça fait son petit effet !

Vu de Twitter – Erika Moulet qui danse nue dans "Touche pas à mon prime", ça fait son petit effet !

REVUE DE TWEETS – Hier soir dans "Touche pas à mon prime", sur D8, Erika Moulet a fait une surprise inattendue et plutôt osée à Bertrand Chameroy : danser entièrement nue sur le plateau de l'émission ! Une séquence audacieuse, qui n'a pas manqué de faire régir les Twittos !

Il y en a qui n'ont pas froid aux yeux. Jeudi 28 janvier, Cyril Hanouna avait promis de réaliser les vœux des téléspectateurs de "Touche pas à mon prime" mais aussi d'exaucer les demandes les plus folles de ses chroniqueurs. À l'occasion de l'anniversaire de Bertrand Chameroy, le présentateur lui avait réservé un cadeau, pour le moins... spécial ! Erika Moulet a accepté de danser, intégralement nue, devant les yeux médusés du jeune homme.

Merci le drone !

Rassurez-vous, les parties intimes de la journaliste étaient cachées par un drone, piloté en direct par un professionnel. Autant dire qu'à la moindre défaillance technique, la jolie brune risquait de se retrouver en tenue d'Eve en direct, devant des millions de téléspectateurs ! Et effectivement, il y a eu un ou deux petits couacs de synchronisation ce qui a permis au public d'entrevoir, à deux reprises, les fesses de la jeune femme.

A LIRE AUSSI >> Connaissez-vous Bachar Mar-Khalifé, le compagnon d'Erika Moulet ?


Pendant la séquence, Erika Moulet a dansé de façon très sensuelle, mais avec une certaine grâce, ce qui a été salué par les Twittos. Si certains déploraient que la chroniqueuse de "Touche pas à mon poste" ose s'afficher ainsi à la télévision, la grande majorité des internautes s'accordaient à dire qu'elle avait relevé le défi avec brio et élégance. Et bien évidemment, la plastique de la jeune femme ne vous a pas laissée indifférent...

EN SAVOIR +
>> Erika Moulet : sa nouvelle coupe de cheveux moquée par Cyril Hanouna dans "TPMP "
>> "TPMP" : Vif débat entre Matthieu Delormeau et Gilles Verdez sur le cas "Nabilla"

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques