Vu de Twitter : les Twittos ambivalents face à Copé dans "Le Divan" de Fogiel

Vu de Twitter : les Twittos ambivalents face à Copé dans "Le Divan" de Fogiel

REVUE DE TWEETS – Mardi 19 janvier, Jean-François Copé s'allongeait sur le "Divan" de Marc-Olivier Fogiel pour une longue confession sur France 3. L'exercice de com' a séduit ou agacé les Twittos, selon leurs préférences politiques.

Comme les précédents invités du Divan, plutôt axés showbiz, Jean-François Copé est revenu sur les grands moments de son parcours. Il a expliqué ses choix de vie, ses principes et ses convictions à l'occasion de la sortie de son livre, Le Sursaut français, paru chez Stock. Enarque, enseignant et avocat, Copé a été élu maire de Meaux en 1995 à l'âge de 31 ans. Jean-Pierre Raffarin l'accueille en 2002 au sein de son gouvernement comme secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement. C'est le début d'une carrière ministérielle avec ses hauts et ses bas.

Sans cravate, on paraît tout de suite plus détendu

L'ancien président de l'UMP, rompu à l'exercice, a participé au "Divan" de Fogiel comme lors de n'importe quel direct télévisé : en pesant ses mots, en contrôlant chaque phrase, pour susciter l'empathie et la considération. Selon leur bord politique, une partie des Twittos y ont vu une auto-critique et une sincérité salutaires, tandis que l'autre partie l'a rhabillé pour l'hiver. En ces jours de froid mordant, ça aide. En tout cas, sincère ou pas, pudique ou pas, Copé allongé sans cravate semblait plus détendu que jamais.

A LIRE AUSSI >> Quand des prestataires de Bygmalion régalaient au mariage de Jean-François Copé

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques