Tennis : Caroline Garcia renonce à l'équipe de France parce que "le tennis est un sport individuel"

Tennis : Caroline Garcia renonce à l'équipe de France parce que "le tennis est un sport individuel"

DÉSERTION - La n°1 française Caroline Garcia annonce ce mardi qu'elle a fait une croix sur l'édition 2017 de la Fed Cup pour privilégier sa carrière en simple. Un bon calcul, vraiment ?

Dans beaucoup de sports collectifs (football, rugby, basket…), la sélection souffre face à la toute-puissance des clubs. Parce que les intérêts priment, et que les équipes nationales ne payent pas leurs joueurs, ou si peu. À l’échelle d’un sport individuel comme le tennis, c’est encore pire. Car les joueurs vivent d’abord de leurs participations à de prestigieux tournois, et que Coupe Davis et Fed Cup n’offrent pas une exposition à même de générer des gains, même ultérieurs. C’est dans ce contexte que Caroline Garcia annonce comme si de rien n'était, ce mardi, au détour d’un entretien accordé à L’Équipe, qu’elle zappera l’équipe de France, pourtant toute fraîche vice-championne du monde, pour privilégier sa carrière en simple.

"Je veux me donner le temps de progresser individuellement, d'être dans les meilleures mondiales pour revenir et aider encore plus mon pays"

"Je n'ai pas réussi à trouver le temps pour bien me poser, bien m'entraîner, avoir des semaines de repos et arriver sur les grands tournois avec plus d'énergie et de fraîcheur. Ce petit coup de fraîcheur qui fait que tu es un peu plus sereine, que tu as plus confiance en toi, m'a manqué dans les grands tournois, avance ainsi la n°1 française, âgée de 23 ans. Toutes les décisions ont un sens et je veux me lancer pleinement dans ma carrière individuelle. Il faut faire des choix et, pour aller vers le top mondial, j'ai besoin d'être concentrée sur moi et de mettre en place un programme exigeant mais plus équilibré qu'il n'était cette année, entre les semaines d'entraînement, les compétitions et la récupération, qui fait partie intégrante de la saison."

On pourrait penser que la déception de perdre la finale face à la République Tchèque, le 13 novembre, alors qu’elle avait remporté ses deux simples, a motivé cette décision. Comme le départ de la capitaine, Amélie Mauresmo. Mais Caroline Garcia assure qu’elle avait fait ce choix dès le mois d’avril dernier. A-t-elle conscience que cela risque de la faire passer pour une égoïste ? "Évidemment, je le sais. Le tennis est un sport individuel, répond-elle franchement. C'est une décision difficile à prendre et c'est encore difficile pour moi d'en parler. Mais je veux me donner le temps de progresser individuellement, d'être dans les meilleures mondiales pour revenir et aider encore plus mon pays, et je suis sûre que, dans les prochaines années, avec mes coéquipières, on gagnera la Fed Cup."

Ce raisonnement a de quoi laisser sceptique : car l’équipe de France, privée de son meilleur élément, pourrait vite être reléguée en D2. Caroline Garcia voudrait-t-elle revenir dans ce contexte ? Et serait-elle assez forte, dès lors, pour la faire remonter vers les sommets ? C’est la question de l’œuf et la poule : des joueurs du top 3 mondial, comme Roger Federer ou Novak Djokovic, ont justement pu se permettre de zapper l’équipe nationale parce qu’ils pouvaient le justifier, au regard de leurs parcours en Grand Chelem. Caroline Garcia, elle, semble convaincue que c’est la Fed Cup qui explique qu’elle n’y ait jamais atteint un quart de finale... Mais on a vu que Jo-Wilfried Tsonga ou Gaël Monfils ont pu, eux, intégrer le top 10 tout en jouant la Coupe Davis. L’image, enfin, reste une donnée essentielle pour attirer les sponsors. La récente épopée en Fed Cup avait beaucoup fait pour celle de Caroline Garcia.

Amélie Mauresmo, enceinte, quitte l'équipe de France de Fed Cup : "C’est pas compatible"

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques