Tour de France - On boucle la 15e étape : le joli numéro de Bauke Mollema, coup de chaud pour Chris Froome

COMPTE-RENDU - Vainqueur d'étape sur la Vuelta en 2013, Bauke Mollema (Trek-Segafredo) s'est imposé ce dimanche en solitaire après s'être échappé à 30 kilomètres de l'arrivée. Le Néerlandais a profité de la mésentente dans le groupe Barguil pour lever les bras au Puy-en-Velay. Chris Froome (Sky) a eu chaud mais reste en jaune, Aru et Bardet le suivent. Dan Martin réintègre le Top 5.

Tout seul comme un grand. Parti en solitaire au début de la descente du Col de Peyra Taillade, à 30 kilomètres de l'arrivée, Bauke Mollema (Trek-Segafredo) a réussi un sacré numéro jusqu'au Puy-en-Velay, ce dimanche lors de la 15e étape du Tour de France. Le Néerlandais a profité de la mésentente du quatuor à ses trousses - un groupe composé de deux Français, en la personne de Tony Gallopin (Lotto-Soudal) et Warren Barguil (Sunweb) - pour décrocher son premier succès en carrière sur la Grande Boucle.

À la veille de la deuxième journée de repos, le classement général demeure inchangé. Piégé, puis victime d'un problème mécanique, le maillot jaune Chris Froome (Sky) a dû aller puiser dans ses ressources pour ne pas laisser ses rivaux s'échapper. Derrière le Britannique, on retrouve Fabio Aru (Astana) et Romain Bardet (AG2R-La Mondiale), respectivement à 18 et 23 secondes. Dan Martin (Quick Step-Floors), qui a repris 13 secondes aux autres leaders dans le final, réintègre le Top 5. Nairo Quintana (Movistar) a perdu tout espoir de podium à Paris.

Le vainqueur de l'étape

Un numéro en solitaire pour Bauke Mollema. Présent dans l'échappée du jour, le coéquipier d'Alberto Contador est parti seul au sommet de la principale ascension, le Col de Peyra Taillade. Au courage, il a résisté aux assauts d''un groupe de quatre, dans lequel figurait Tony Gallopin et Warren Barguil, classés respectivement 3e et 5e. Sixième du général en 2013, le Néerlandais avait remporté, déjà en solitaire, la Clasica San Sebastian l'an passé, ainsi qu'une étape de la Vuelta 2013. Il signe la première victoire néerlandaise sur le Tour 2017.

Le Français du jour

Venu sur le Tour sans la pression du classement général, Warren Barguil marque l'édition 2017 de son empreinte. Deuxième lors de la 9e étape à Chambéry et vainqueur le 14 juillet à Foix, le grimpeur de la Sunweb s'est lancé à la poursuite des points devant lui permettre de ramener le maillot de meilleur grimpeur sur les Champs-Élysées. Et ainsi succéder à Thomas Voeckler, le dernier Français à avoir réalisé un tel exploit... en 2012. 

Entre Laissac-Sévérac l'Église et le Puy-en-Velay, le Breton a quasiment assuré son maillot à pois en prenant les points mis en jeu. Il s'est envolé dans la Montée de Naves d'Aubrac (8,9 km à 6,4%) puis dans le Col de Peyra Taillade (8,3 km à 7,4%, maximum 14%). "Pour les points, je pense que c'est bon (ndlr : il a 60 points d'avance). Il reste une belle étape vers Serre-Chevalier. L'échappée devrait aller au bout donc ce sera sûrement ma dernière cartouche", a-t-il expliqué à France Télévisions. Pour un dernier feu d'artifice entre La Mure et Serre-Chevalier ?

Le fait du jour

S'il y a un enseignement à retenir du passage du Tour dans les Pyrénées, c'est que - contrairement à ce qu'on avait l'habitude de voir les années précédentes - Froome n'est pas imbattable. Une nouvelle fois, le leader de la Sky a dû se battre pour défendre son maillot jaune. Cette 15e étape a en effet été marquée par le coup de force des AG2R. La formation aux services de Romain Bardet a mis la pagaille aux abords du Col de Peyra Taillade.

Piégé, puis victime d'un problème mécanique, le Britannique a été obligé de s'arrêter et de changer de vélo. Et bien qu'il ait compté jusqu'à 50 secondes de retard sur ses rivaux au classement général, Froome a pu compter sur l'appui de Mikel Landa, "son super-lieutenant", qui s'est sacrifié pour le ramener dans la course.

Plus d'articles

Sur le même sujet