VIDÉO - Macron veut rendre le masque "obligatoire" dans "tous les lieux publics clos"

VIDÉO - Macron veut rendre le masque "obligatoire" dans "tous les lieux publics clos"
14 JUILLET

MASQUE - A l'occasion de son interview du 14 juillet, Emmanuel Macron a annoncé vouloir rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos dans les prochaines semaines.

L'Angleterre va restaurer l'obligation du port du masque le 24 juillet dans les magasins. Le Québec l'a déjà fait. La France, elle, pourrait l'imposer le 1er août pour tous les lieux clos. C'est en effet ce qu'a annoncé Emmanuel Macron ce mardi lors de son interview du 14-Juillet face à Gilles Bouleau et Léa Salamé. Si aucune date butoir n'est encore fixée, la mesure devrait être prise "dans les prochaines semaines", selon le chef de l'Etat qui a évoqué le 1er août à titre d'exemple. "On le fait dans les transports, ça marche très bien, mais c'est un peu erratique dans les lieux publics clos (...) ça veut dire qu'il faut que les choses s'organisent", a-t souligné et "recommandé à tous nos concitoyens de porter le masque au maximum quand ils sont dehors et, a fortiori, quand ils sont dans un lieu clos".

L'obligation de porter un masque dans tous les commerces et établissements publics clos a été demandée par des médecins dans une tribune dimanche 12 juillet, alors que des signaux montrent que l'épidémie repart légèrement à la hausse dans le pays et qu'un relâchement de la population est constaté depuis quelques semaines.

Lire aussi

En cas de 2e vague, "nous serons prêts"

"Nous allons observer la situation", a indiqué Emmanuel Macron, qui dispose de retours quotidiens du Conseil scientifique sur la situation épidémiologique, a souligné l'existence de ces signaux faibles : "Nous avons ces fameux indicateurs, le fameux R est en train d'augmenter. Nous avons des signes que ça repart quand même. (...) Face à cela, nous devons prévenir et nous préparer." Plus tôt dans cet entretien, le chef de l'Etat a rappelé le lourd bilan de l'épidémie en France - plus de 30.000 morts à ce jour - en indiquant que les Français "ont réussi à endiguer le virus et à retrouver presque une vie normale". 

Et en cas de deuxième vague, "nous serons prêts", a assuré le président, indiquant que "cela a été préparé sous l'autorité du Premier ministre", autrefois M. déconfinement du gouvernement. "Nous avons à la fois les stocks et les approvisionnements qui sont sécurisés et nous avons l'organisation au plus près du terrain, qui permettrait de faire face à une recrudescence, si elle était là." En revanche, Emmanuel Macron n'a pas exclu d'éventuels reconfinements de la population, "le plus localement possible et donc le plus vite possible". 

Interrogé sur l'échéance de la rentrée scolaire, le chef de l'Etat a expliqué : "Nous avons un défi, aller chercher les enfants qui ont le plus souffert du confinement. Le ministre prépare une rentrée quasi normale où les enseignants seront protégés". Ce dernier a tout de même précisé qu'en cas d'"accélération du virus pendant le mois d'août, nous serions amené à revoir les choses", sans donner beaucoup plus de précisions.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent