VIDÉO - Macron "comprend la colère" contre l'Etat mais rend hommage à Hollande, Valls et Cazeneuve

14 JUILLET
RESPONSABILITÉ - Devant les familles des victimes et les survivants, Emmanuel Macron a dit comprendre la colère dirigée contre l'Etat après l'attentat perpétré à Nice le 14 juillet dernier. Pour autant, il rappelle que "Hollande, Valls et Cazeneuve ont inlassablement combattu le terrorisme".

Emmanuel Macron tacle-t-il la précédente équipe gouvernementale ? Le chef de l'Etat a dit "comprendre la colère de beaucoup [...] concentrée sur la puissance publique" lors de son allocution adressée ce vendredi 14 juillet 2017 aux familles des victimes et aux survivants à l'attaque qui a fait 86 morts et 450 blessés lors de l'attentat au camion-bélier perpétré sur la Promenade des Anglais exactement un an plus tôt.


Refusant de taire les reproches qui ont été formulés après l'attaque, l'actuel président va jusqu'à assurer que "lorsque l'impensable se produit et déchire nos vies, on en cherche les causes et l'Etat alors doit regarder ses responsabilités en face".

La douleur a fissuré la confiance entre la République et les citoyensEmmanuel Macron, lors de son allocution à Nice le 14 juillet 2017

Pour autant, pas question de pointer des responsables. Bien au contraire, Emmanuel Macron loue "l'intégrité et l'humanité" des dirigeants politiques qui ont eu affaire à la survenue de ce drame l'an dernier. Et rappelle que "le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve et avec eux tous les services de l'Etat ont inlassablement combattu le terrorisme".


C'est  "la douleur [qui] a fissuré la confiance indispensable qui doit régner entre la République et les citoyens" et "tout sera fait pour que la République, l'Etat, la puissance publique regagne votre confiance". 

En vidéo

VIDÉO - Emmanuel Macron : "Tout sera fait pour que la République, l'État, la puissance publique regagnent votre confiance"

Dans cette volonté de rassembler de nouveau, Emmanuel Macron promet que l'Etat n'abandonnera pas "la recherche de la vérité, le châtiment des coupables mais aussi le soutien humain, juridique, financier qu'il doit aux victimes". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Nice

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter