Je cherche une nounou : comment faire passer de bons entretiens d'embauche

BUDGET
CRITÈRES - Pas question de recruter à la va-vite la personne qui restera seule toute la journée avec votre bébé. Préparation de l'entretien, points incontournables, aspect légal... Un père ayant écrit un guide sur les modes de garde vous prodigue ses bons conseils en cinq étapes.

Vous n’êtes ni directeur des ressources humaines (DRH) ni patron. Et pourtant, embaucher une nounou va inexorablement vous faire endosser cette double casquette. Pour que tout se passe au mieux avec la personne qui s’occupera de votre enfant cinq jours par semaine, l’étape de l’entretien n’est pas à prendre à la légère. 


"S’il n’y a pas de règle absolue, il y a cependant des questions à poser et des points à vérifier", assure à LCI Benjamin Perrier, auteur avec Julia Girodroux d’un guide passant au crible les différents modes de garde, intitulé A la recherche de la super nounou (éditions Mango, 12,95 euros). Voici ses conseils pour faire de vous le meilleur DRH possible. 

Faites preuve de bon sens, écoutez-vous

Le premier contact téléphonique, qui sert à échanger vos disponibilités en vue d’une rencontre, est déjà l’occasion de vous faire une idée sur la personne. Est-elle aimable ? Pose-t-elle des questions ?  A-t-elle l’air trop détachée ? Expéditive ? Puis le jour du rendez-vous, est-elle ponctuelle ? Ne pas l’être n’est pas forcément éliminatoire, mais c’est un point de détail qui doit être perçu comme un source potentielle d'ennuis. "Dans le cas d’une garde à domicile, arriver avec deux heures de retard est un problème car cela vous met en retard à votre propre travail. Impossible en effet de laisser seul votre enfant de huit mois avec la télé allumée et un biberon", insiste Benjamin Perrier.


Repérez certains indices comme le soin apporté à la tenue. Il ne s’agit pas d’être tiré à quatre épingle mais d’avoir une présentation correcte. "S’habiller en jogging peau de pêche pour un entretien d’embauche, s’amuse l’auteur du guide, révèle un problème de perception. La personne ne fera pas forcément mal son travail, mais cela indique un manque de sérieux dans la démarche". Autre exemple : "si en arrivant chez l’assistante maternelle, vous entendez des chiens aboyer et des hurlements sur les enfants avant qu’elle ouvre la porte, ce n’est pas engageant". 


Si ces indicateurs se cumulent, dites-vous que cette candidate n’est pas forcément la meilleure pour le job. Pour résumer, "le feeling est important, martèle notre spécialiste. Il faut vous écouter car vous serez amené à revoir cette personne tous les matins et tous les soirs de la semaine. Il est donc nécessaire de ne pas vivre dans deux univers complètement différents. Nul besoin cependant de chercher à devenir copain car il s’agit d’un rapport de subordination employeur-employé dans lequel il est nécessaire de pouvoir dire les choses simplement quand ça ne va pas". 

En vidéo

Les modes de garde en France

Faites une liste de questions, les vôtres

Pour l’entretien en lui-même, préparez une liste des questions qui vous importent. Car si le portrait robot de la nounou idéale la voudrait "douce, aimante, sévère mais juste, polyglotte, cultivée, docile et anti-télé", énumèrent en plaisantant les auteurs du livre, il vous appartient de placer le curseur en fonction de vos attentes. Certains mettent par exemple la gentillesse au dessus de tout, d’autres le sérieux. Pourriez-vous accepter qu’elle crie un peu, si elle est aussi capable de faire de gros câlins ? Redouteriez-vous que la chair de votre chair prenne alors cette personne pour sa maman ?  


"Gardez à l’esprit que l’approche est différente s’il s’agit de confier votre enfant à une assistante maternelle (chez elle) ou à une garde à domicile (chez vous). Sur le plan juridique aussi, ces deux systèmes sont différents. La première doit avoir un agrément du conseil départemental, la seconde doit juste avoir votre assentiment et, bien sûr, un contrat de travail", rappelle Benjamin Perrier. 


Dans tous les cas, "n’oubliez pas que votre lien d’employeur à employé vous interdit de poser des questions sur la vie privée, notamment concernant un projet éventuel d’avoir des enfants (dans l’idée de savoir si vous allez devoir composer avec un congé maternité de votre nounou)", insiste-t-il. Retrouvez ci-dessous, pour l’une et pour l’autre, les différents points à considérer afin d’éviter tout malentendu.


• Pour une assistante maternelle

Le rendez-vous a lieu chez la nounou. Il convient d’évoquer :

- Sa disponibilité

- Le nombre d’enfants à charge

- Ses horaires et sa flexibilité 

- Sa rémunération 

Le tarif horaire minimum est de 2,78 euros brut mais si la demande est forte, vous imaginez bien que ses prétentions salariales seront plus élevées. Il n faut pas non plus oublier les indemnisations telles que l’indemnité d’entretien pour ce qu’elle met à disposition de l’enfant chez elle ou l’indemnité de repas si vous ne le fournissez pas.

- Son agrément délivré par le conseil départemental


Demandez-lui ensuite, si elle ne vous a pas déjà invité à le faire, à visiter les pièces dans lesquelles l’enfant évoluera. Observez alors :

- Le cadre de vie (espace à disposition, jeux, lit pour la sieste notamment)

- La propreté

- La présence d’animaux et leur degré de liberté 

- L’air (épanoui, on l’espère) des enfants présents

- La présence d’un square à proximité

Si oui, demandez-lui si elle a envie de les y amener.

• Pour une garde à domicile

Le rendez-vous a lieu chez vous. Il convient de considérer :

- La ponctualité

Demandez-lui son temps de trajet car si elle met 1h30 en temps normal avec deux correspondances, imaginez ce que cela donnerait en cas de grève.

- La personnalité

Vous allez la voir chez vous tous les jours donc avoir un bon contact n’est pas du luxe. Vérifiez aussi que le courant passe bien avec votre enfant.

- Le CV

Certes, aucune formation n’est exigée, mais ses expériences, formations et compétences (BAFA, premiers secours, CAP Petite enfance notamment) peuvent être un plus. 


A noter : Si c’est un souhait de votre part, demandez-lui si elle serait partante pour effectuer, contre rémunération, quelques tâches ménagères en plus de la garde d’enfant.

Laissez parler la candidate, écoutez-la

Au-delà de votre liste de questions à la fois universelles et totalement individuelles - c’est toute la difficulté -, gardez à l’esprit que vous n’êtes pas dans l’évocation de vous. "Soyez le plus taiseux possible car vous n’êtes pas là pour raconter votre vie mais pour écouter la manière qu’a votre future nounou de voir les choses", souligne Benjamin Perrier.  


Celui-ci conseille, par exemple, si vous n’avez pas d’inspiration, de demander à la candidate quels sont ses défauts et qualités, tout en concédant que c’est le degré zéro de l’entretien d’embauche mais que cette question a au moins le mérite de faire parler. Vous pouvez aussi faire référence à son expérience et lui demander, parmi tant d’autres exemples, si elle sortait avec les enfants qu’elle a gardés auparavant et comment cela se passait. Ou encore comment s'organisait sa journée. 

En vidéo

Une nounou veut retrouver tous les enfants qu'elle a gardés

Plus subtil, demandez-lui comment elle faisait quand les enfants avaient de la fièvre. Quel est son réflexe professionnel ?  Vous n’attendez sans doute pas comme réponse : "Je ne leur ai rien donné, j’ai attendu que cela passe tout seul". Peut-être répondra-t-elle plutôt : "Dans un premier temps, je lui donne du paracétamol et si la température ne baisse pas, je vous téléphone puis j’appelle les secours". De votre côté, vous préférez peut-être qu’elle vous appelle avant de donner ce médicament. 


Quelles que soient vos positions, "dans sa réponse, vous verrez son sérieux et son processus de travail, qui vous permettra de déterminer s’il correspond au vôtre, explique Benjamin Perrier. Dans tous les cas, avant de donner vos règles - surtout pour une garde à domicile car, là, c’est vous le patron -, laissez la nounou parler de son expérience. Cela vous permettra de savoir si vous êtes vraiment incompatibles ou s’il suffit de positionner le curseur."

Présentez votre bébé, celui-ci passera ses journées avec elle

Dans la mesure où le bébé passera une énorme partie de son temps avec la nounou, présentez-les à un moment de la rencontre. "Idéalement, menez l'entretien en deux temps, conseille Benjamin Perrier. Une partie entre adultes pour évoquer tous les points abordés précédemment sans être parasités par votre adorable bébé qui gazouille. Et une partie avec lui pour voir comment elle se comporte. Est-elle une professionnelle de l’enfance qui cherche à connaître celui qui pourrait lui être confié ou est-elle dans une démonstration forcée visant à vous faire croire qu’elle est la nounou rêvée ?"


Toutes les étapes évoquées précédemment ont beau être chronophages et laborieuses, "elles sont importantes", insiste Benjamin Perrier, car, en cas de très mauvais casting, vous risqueriez de devoir faire face à des difficultés bien plus coûteuses en temps et en argent : licenciement express de la nounou (dans l’idéal pendant la période d’essai), recherche d’une solution de garde de dépannage, voire prise de jours de congés pour vous occuper vous-même de votre enfant, recherche d’une nouvelle personne… la boule au ventre. 


Ne sur-interprétez cependant pas les signes, tempère-t-il : "Une fois passées les premières semaines pendant lesquelles l’adaptation est parfois difficile, si votre enfant pleure 45 secondes quand vous le quittez, ne vous inquiétez pas. En revanche, le soir, il doit être content de vous retrouver et non pas soulagé de vous voir : c’est différent. A l’inverse, s’il est triste de quitter sa nounou, ce n’est pas mauvais signe, cela peut juste faire du mal à l’ego". A vous de voir si vous accepteriez une nounou très maternelle car rien n’est universel en la matière.

Formalisez son embauche sans tarder, la concurrence est rude

Une fois que vous aurez trouvé peut-être pas la nounou parfaite - elle n’existe que dans vos rêves - mais au moins celle qui se rapproche le plus de vos critères, recontactez-la sans tarder. Les assistantes maternelles étant très demandées dans certaines régions, d’autres parents pourraient vous doubler, d’autant que dans l’idéal il convient de s’y prendre trois ou quatre mois en avance. Pour éviter un désistement avant la signature du contrat, il est donc conseillé de signer (et de lui faire signer) une lettre d’engagement réciproque : de votre côté, vous promettez de l’embaucher, se don côté elle vous réserve une place. 

Outbrain
Outbrain

Sur le même sujet

Plus d'articles