Pour le PSG, la meilleure attaque, c'est la défense

Football

FOOTBALL - Large vainqueur de Saint-Etienne (6-1) mercredi soir, le PSG a le vent en poupe en ce début d'année 2020. Il le doit à un quatuor offensif hors norme, qui a su mettre de l'eau dans son vin.

Comme l'équipe de France avait, dans les années 1980, son "carré magique" au milieu de terrain (Michel Platini, Jean Tigana, Luis Fernandez et Alain Giresse), le PSG a aujourd'hui ses "4 fantastiques" en attaque, à savoir Neymar, Kylian Mbappé, Mauro Icardi et Angel Di Maria, successeurs de l'éphémère "MCN" (Mbappé-Cavani-Neymar), trio qui a fait long feu avec les blessures à répétition du Brésilien et de l'Uruguayen ces deux dernières années. 

Ce nouveau quatuor offensif, ayant de quoi faire saliver n'importe quelle équipe dans le monde, était à l'oeuvre mercredi soir au Parc des Princes face à Saint-Etienne en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Résultat : une large victoire (6-1) avec toujours l'un des quatre comparses à la passe et/ou à la finition. Une association qui, au départ de la saison, apparaissait pourtant comme hautement utopique.

Un déclic à Madrid

L'entraîneur parisien, Thomas Tuchel, tenait en effet beaucoup, pour garantir l'équilibre de son équipe, à son milieu à trois, composé de Marco Verratti, Marquinhos et Idrissa Gueye, qui, conjugué au choix d'une immuable défense à quatre, ne laissait que trois places en attaque. Ainsi, avant le déplacement à Madrid pour y affronter le Real en Ligue des champions fin novembre 2019, le technicien allemand, interrogé sur la possibilité d'une association de ses quatre attaquants stars dès le coup d'envoi, avait exprimé une forme d'incrédulité, lâchant : "J’ai confiance en mes joueurs, en notre relation, mais Il faut qu’ils soient prêts à accepter des situations qui peuvent être dures tactiquement ou personnellement. Il faut accepter et donner tout pour l’équipe, quel que soit le rôle que l’on a. C'est nécessaire." 

Le lendemain, il avait laissé Neymar sur le banc, et ironisé de la sorte après la rencontre quand on lui avait demandé pourquoi : "Vous demanderez à Marco Verratti et à Marquinhos si c'est intéressant de courir à deux au milieu quand on joue avec quatre joueurs devant."

Lire aussi

Mais depuis, l'idée a fait du chemin dans l'esprit du coach et, au sortir du récital de mercredi soir face aux Verts, les joueurs n'avaient qu'un mot à la bouche au moment d'évoquer la performance des attaquants : la défense. "On a la chance d'avoir quatre des dix meilleurs joueurs du monde. Les avoir tous les quatre à Paris, c'est incroyable. C'est pour ça que le coach a choisi de changer de système. En laisser un des quatre sur le banc, c'est indécent pour le football, a en effet expliqué Marco Verratti. Grâce au travail à l'entraînement, on arrive aussi à bien défendre et à récupérer le ballon. Si on veut jouer comme ça, on doit tous faire les efforts. Je les félicite aussi parce qu'ils sont les premiers à défendre et c'est très important."

Quand je ne défends pas trop, Neymar n’hésite pas à me le faire savoir. - Kylian Mbappé

Relancé là-dessus, et plus spécifiquement sur les déclarations de Thomas Tuchel à Madrid, le milieu italien a développé : "On s'est parlé dans le vestiaire après le match contre le Real. On s'est dit que si on voulait changer de système, il fallait que tout le monde coure. Dans le football d'aujourd'hui, dans les grandes équipes, il n'y a que des grands joueurs et si tu ne les presses pas, ils arrivent à jouer au ballon. C'est pour ça qu'on a changé de mentalité. Vous êtes les premiers à le voir et ça fait plaisir, parce qu'on peut jouer avec les plus forts sur le terrain." Même son de cloche du côté du gardien de but, Sergio Rico : "Les attaquants ont brillé, mais pas seulement en marquant. Ils ont vraiment fait les efforts et les voir tacler, ce n’est pas anodin."

Voir aussi

A propos de tacle, celui réalisé par Neymar mercredi soir n'est pas passé inaperçu. "Ouais je l’ai vu tacler putain ! Quand on parle de prise de conscience, Neymar qui tacle, ça parle à toute l’équipe, c’est top", s'est ainsi enthousiasmé Kylian Mbappé. Lequel confiait, fin décembre, à France Football : "Quand je ne défends pas trop, il (Neymar) n’hésite pas à me le faire savoir. Sérieusement. On en parle. On s’est dit que si on s’y mettait un peu tous les deux, toute l’équipe allait s’y mettre aussi. Si Kylian et Neymar courent, qui ne va pas courir dans l’équipe ?"

Le prodige français, mercredi soir, a salué ces progrès, en les tempérant toutefois quelque peu : "On a la télé, on voit les matchs donc on sait que ce qu'on faisait avant n'était pas suffisant. Il y a eu une prise de conscience. Ce n’est pas non plus l’Amérique. On n’est pas les meilleurs défenseurs du monde mais c’est mieux et on le voit. Les autres joueurs sont beaucoup plus frais pour nous donner de meilleurs ballons parce qu’ils ont moins à courir pour nous, parce qu’on fait notre travail."

Ce qu'a aussi dit, à sa manière, Thomas Tuchel en conférence de presse : "Même à la 86e minute, Kylian et 'Ney' ont travaillé pour Juan (Bernat, l'arrière gauche) parce qu’il était attaqué. Ça, c'est l’état d’esprit dont on a besoin dans les matchs décisifs pour être une équipe dangereuse et équilibrée, une vraie équipe. C'est comme ça actuellement.Je suis convaincu que les quatre de devant aiment jouer ensemble. Mais on parle peut-être trop d’eux maintenant. Il y en a onze sur le terrain, d’autres derrière, et tous apportent aussi offensivement." Certes, mais on n'a pas fini de parler d'eux pour autant.

Sur le même sujet

Et aussi