A Paris, un rebond de la pollution particulièrement fort depuis le déconfinement

Planète

ENVIRONNEMENT - La capitale française arrive en tête des métropoles européennes où le rebond de la pollution a été le plus brutal.

Le confinement a eu globalement des effets très positifs sur l’environnement, et notamment sur la qualité de l’air du fait de la réduction du trafic routier. Une parenthèse enchantée, du point de vue écologique, qui a cependant pris fin brutalement avec le déconfinement, notamment à Paris. 

Selon une étude du Centre de recherche sur l’énergie et la qualité de l’air (Crea) et relayée par le site du journal Le Monde ce mercredi 24 juin, la capitale française est la ville d’Europe où le rebond a été le plus important avec le déconfinement. 

En vidéo

Coronavirus : les effets du confinement sur le niveau de pollution

Les concentrations en NO2 avaient diminué de 60 %

Pour établir ce constat, cet organisme de recherche indépendant, basé à Helsinki (Finlande), a comparé les niveaux de dioxyde d’azote (NO2), un gaz toxique émis principalement par le trafic routier, dans les villes européennes de plus d’un million d’habitants, pendant et après le confinement.

Pendant la période de confinement, les concentrations en NO2 avaient chuté de 60 % dans la capitale comparativement à la même période en 2017, 2018 et 2019. Mais le déconfinement a conduit à un retour des concentrations en NO2 qui ont plus que doublé (+118%) par rapport à la moyenne des trente jours de confinement durant lesquelles les niveaux étaient les plus bas.

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Paris arrive ainsi en tête des métropoles européennes où le rebond en termes de pollution a été le plus prononcé, loin devant Bruxelles (+88%) et Milan (+73%). Le retour de la pollution est en revanche moins prononcé à Madrid (+49%), Londres (+34%) ou Munich (+34%). A Berlin, le rebond est presque nul (+4%).

Sur le même sujet

Et aussi