Indre : un ancien gendarme soupçonné d'avoir tué sa femme avant de se suicider

Police

FAITS DIVERS - Un octogénaire est soupçonné d'avoir tué sa femme de 89 ans, dans l'Indre, avant de se donner la mort avec un fusil de chasse, lundi 6 janvier. Ce meurtre est recensé comme le 5e féminicide de 2020 par les associations NousToutes et Féminicides par compagnons ou ex.

Un octogénaire demeurant à Villentrois, dans le nord-ouest de l'Indre, a tué sa femme avant de retourner un fusil de chasse contre lui, a appris l'AFP ce lundi de sources concordantes, dont les enquêteurs de la gendarmerie. Selon le parquet de Châteauroux, une autopsie des deux corps a été ordonnée et sera pratiquée à Limoges.

Ce sont les voisins et un porteur de repas à domicile qui, inquiets de voir les volets fermés et la porte close, ont donné l'alerte le jour du drame, le lundi 6 janvier. "Personne n’aurait pu imaginer cela", a confié une habitante de Villentrois à nos confrères de l'Agence France Presse. "Ce couple ne faisait vraiment pas parler de lui. Lui, un ancien gendarme, aimait faire son jardin, et son épouse était une femme charmante et très discrète".

Le meurtre de cette femme de 89 ans, dont l'identité est encore inconnue, est recensé par les associations comme le 5e féminicide de 2020. 

5 féminicides en 6 jours

Le 1er janvier, Raymonde, 84 ans, a été retrouvée sans vie au domicile conjugale à Ars-sur-Moselle. Selon les enquêteurs, elle serait décédée "dans des conditions violentes". Son mari avait immédiatement été interpellé, puis hospitalisé d'office en psychiatrie.

Lire aussi

Toujours le 1er janvier, à Toulon (Var), disparaissait Laetitia, 31 ans, après un dîner avec son ex-compagnon. Bien que son corps n'ai pas encore été découvert, les enquêteurs ont eu suffisamment d'éléments à charge pour mettre en examen puis incarcérer le principal suspect pour homicide volontaire sur concubin le dimanche 5 janvier. Le téléphone portable de Laetitia était dans la voiture de son ex, qui était déjà connu de la justice pour des faits de violences conjugales. Laetitia avait notamment porté plainte à deux reprises contre lui.

Dans la nuit du 4 au 5 janvier, à Givet (Ardennes), Anne-Sophie, 48 ans, a trouvé la mort "dans un contexte conjugal" selon le parquet de Charleville-Mézières. C'est leur fils, mineur, qui a donné l'alerte dans la nuit. Le mari, déjà connu de la justice pour des faits de violence, a depuis avoué et été mis en examen pour "viol et meurtre sur conjoint" selon le procureur de la République de Reims.

Le dimanche 5 janvier à Bordeaux (Gironde), une femme de 49 ans dont on ne connait pas le prénom, a été tuée dans un incendie volontaire. Un peu plus tôt dans la journée, elle avait contacté sa mère pour dire que son conjoint voulait mettre le feu à l'appartement. Egalement mort dans les flammes, ce dernier avait plusieurs fois menacé sa compagne de les brûler tous les deux, selon les informations de "Féminicides par compagnons ou ex", un collectif recensant depuis plusieurs années ces meurtres de femmes.

Sur le même sujet

Et aussi