Grèce : deux jeunes Françaises se noient dans la piscine d'un hôtel

DRAME - Deux sœurs âgées de 16 et 19 ans, qui ne savaient pas nager, se sont noyées mercredi dans la piscine d'un hôtel à Ialyssos, sur l'île touristique de Rhodes.

Deux jeunes Françaises sont mortes mercredi dans la piscine d'un hôtel de Ialyssos, sur l'île grecque de Rhodes. Ces deux sœurs, âgées de 16 et 19 ans, passaient leurs vacances en famille sur cette île touristique située sur la mer Égée, indique l'AFP de source policière. Leur identité n'a pas été dévoilée par les autorités. 

Les responsables de l'hôtel ont été présentés au procureur de l'île, a indiqué une responsable du ministère du Tourisme grec. Les parents des deux victimes ont indiqué à la police que leurs enfants ne savaient pas nager, a rapporté l'agence de presse semi-officielle Ana, qui précise que le drame s'est produit une demi-heure après le départ du maître-nageur, vers 18h30 locales (17h30 en France). "L'affaire est suivie de près par le consulat de France à Athènes", a indiqué une source diplomatique à l'AFP.

Lire aussi

Le même jour, un autre drame similaire s'est produit en Crète. Une fillette israélienne de 8 ans s'est noyée dans la piscine d'un hôtel à Hersonissos, à l'est d'Héraklion, chef-lieu de l'île. Elle s'est évanouie alors qu'elle jouait dans la piscine, et est morte avant que ses parents, qui se trouvaient tout près avec leurs deux autres enfants, ne s'en rendent compte, selon plusieurs médias. La police a ouvert une enquête pour savoir si un maître-nageur était présent et déterminer les responsabilités des propriétaires de l'hôtel.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : la fleur faite aux non-vaccinés

EN DIRECT - L’Autriche adopte la vaccination obligatoire, une première dans l’Union européenne

Covid-19 : 525.527 cas positifs en 24 heures, nouveau record de contaminations en France

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 20 janvier

Covid-19 : la nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d'Omicron ?