VIDÉO - Marine Le Pen chahutée lors d’un déplacement dans le Var

PERSONA NON GRATA - Lors d’un déplacement ce mercredi à Châteaudouble, un village du Var qui va bientôt accueillir des demandeurs d'asile, Marine Le Pen a été chahutée par quelques dizaines d’opposants hostiles à sa venue.

Ils étaient hostiles à la venue de Marine Le Pen et l’ont fait savoir. Une trentaine d’habitants de Châteaudouble, dans le Var, ont perturbé ce mercredi la visite de la présidente du Rassemblement national dans ce village qui doit prochainement accueillir des demandeurs d’asile.  Ces manifestants sont notamment parvenus à empêcher la tenue d’un discours que devait prononcer la députée RN sur la place du village.


Malgré l’hostilité de ce comité d’accueil, Marine Le Pen, qui était accompagnée de plusieurs membres de son parti, dont le maire de Fréjus David Rachline, a néanmoins lancé un appel "solennel" contre ce qu'elle qualifie de "submersion migratoire imposée par l'Union européenne". "Ce petit village de Châteaudouble est symbolique de ce qui se passe dans toute la France aujourd'hui", a-t-elle déclaré au cours d'une déambulation qu'elle a finalement dû écourter. "C'est un petit village de 470 habitants dans lequel, sur ordre de l'Union européenne, on installe 72 migrants, sans avoir demandé son avis à la population, sans avoir demandé son avis au maire. C'est comme si demain on imposait 12 millions de migrants en France en l'espace d'une nuit", a-t-elle expliqué.

Dans les faits, Châteaudouble va accueillir, dans un centre d'accueil et d'orientation (CAO), un maximum de 72 demandeurs d'asile - des hommes uniquement - qui ont vocation à rester entre un et neuf mois, le temps que leurs dossiers soient étudiés. Le CAO, installé dans une maison de retraite inaugurée en 2014 mais désaffectée depuis deux ans, doit accueillir, mercredi ou jeudi selon Forum réfugiés, "une première vague d'une dizaine de demandeurs d'asile", les autres devant arriver "petit à petit". Marine Le Pen, qui avait prévu de visiter ce centre, a dû y renoncer. 


Agacée, Marine Le Pen a dénoncé l'hostilité des manifestants. "Ces militants d'extrême gauche font la seule chose qu'ils savent faire, ils font preuve de violence, ils hurlent, ils font de l'agitation, parce qu'ils sont pour la submersion migratoire, ils sont pour l'ouverture totale des frontières", a lancé la patronne du Rassemblement national. 

En vidéo

Conspuée, Marine Le Pen dénonce une action de "militants"

Le président du groupe RN au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Frédéric Boccaletti, a de son côté annoncé sur Twitter sa volonté de porter plainte contre X "suite aux agissements de quelques militants d'ultra-gauche pour entrave à la circulation d'élus de la République, insultes et attaque avec une pelleteuse".

Outbrain
Outbrain

Sur le même sujet

Plus d'articles