"Depuis que j'habite ici, j'ai les yeux qui piquent" : les rejets d'ammoniac d'une usine à Saint-Malo inquiètent les riverains

Population

POLLUTION - Dans certains quartiers de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, les habitants se plaignent d'odeurs et de poussières irritantes. Une usine productrice de fertilisants pour l'agriculture, située sur la zone portuaire, en est à l'origine.

Depuis cinq ans, des odeurs et des poussières empoisonnent le quotidien des habitants de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine. Des désagréments causés par une usine productrice de fertilisants pour l'agriculture, Timac Agro, premier employeur privé du bassin malouin. Plusieurs riverains se sont lancés dans un long processus judiciaire contre ce groupe industriel, alors que des taux anormalement élevés d'ammoniac ont été constatés l'année dernière.

J’ai des picotements dans les yeux, de la poussière dans les yeux depuis que j’habite ici.- Pascale, habitante du quartier de Saint-Servan à Saint-Malo.

Des taux dénoncés par l'association citoyenne Osons!, qui s’est procurée les chiffres. "Au mois de novembre, les rejets d’ammoniac ont été 14 fois supérieurs à la norme admise, à la norme pour laquelle ils ont une autorisation d’exploitation" déplore Claude Lucas, membre de l'association. En plus d'inquiéter les riverains, ces fumées d'ammoniac ont notamment des effets sur leur santé, comme en témoigne Pascale, habitante du quartier de Saint-Servan.

"Je sens comme des odeurs de pommes de terre pourries, de céréales fermentées … J’ai des picotements dans les yeux, de la poussière dans les yeux, j’ai vraiment des problèmes au niveau des yeux depuis que j’habite ici. (...) Quand les odeurs arrivent, on se dit : 'Mince, on va être obligés de rester à la maison'. Et on attend que cela se passe, mais c’est vraiment très désagréable" se désole la riveraine.

Lire aussi

Des engagements pris pour moderniser les installations

Sanctionnée financièrement à plusieurs reprises par les autorités, le site industriel s’est récemment engagé à ne plus rejeter de polluants. L’entreprise a ainsi promis de moderniser ses installations, avec un investissement de 2,5 millions d’euros, dans des cheminées de traitement. Des investissements encore insuffisants pour apaiser les inquiétudes des riverains mais qui vont dans le bon sens selon le sous-préfet de Saint-Malo, Vincent Lagoguey. 

Toute l'info sur

LE WE 13h

"Objectivement, il y a eu des dérapages ces derniers mois, mais il y a quand même un processus qui permet d’obtenir des résultats. Ces services de l’inspection des installations classées pour l’environnement, vont se rendre sur place et vérifier l’effectivité des investissements et du nouveau processus industriel" explique-t-il au micro de TF1. Le 2 juillet dernier, le tribunal de Saint-Malo a nommé un expert indépendant de la cour d'appel de Paris, pour analyser les rejets de l'usine d'engrais et de fertilisants de la Timac Agro de Saint-Malo.

Sur le même sujet

Et aussi