Un drapeau collaborationniste a-t-il été hissé par des Gilets jaunes sur un rond point breton ?

Population

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE - Un internaute a posté sur Twitter une photographie d'un rond-point breton. Il y dénonce la présence d'un drapeau fasciste flottant aux côtés d'un drapeau jaune. A La Loupe a tenté d'en savoir plus.

Un internaute a tenu à partager son indignation sur le réseau social Twitter. "Le drapeau du Bagadoù stourm (groupe SS breton pendant la guerre) flotte sur le rond point tenu par les Gilets jaunes à Rostrenen (22) ! Honteux !", écrit Frédéric ce samedi. Contacté ce dimanche par LCI pour en savoir plus, cet homme résidant dans les Côtes d'Armor nous explique avoir pris le cliché ce samedi 27 avril à 16h35, alors qu'il "passai(t) là dans le cadre de (son) travail."

Nous avons pu le vérifier, la photo a été prise à Rostrenen, une petite commune de 3.200 habitants dans les Côtes-d'Armor, sur le rond point reliant la D790 à la N164, sur la route de Saint Brieuc.

Quel est donc ce drapeau ? Il s'agit bel et bien de l'oriflamme des Bagadoù Stourm - qui signifie "troupes de combat" en breton. Créée en 1941 par le nationaliste Yann Goulet, cette milice représentait le service d'ordre du Parti national breton (PNB). Le drapeau s'inspire du Kroaz Du, une croix noire sur fond blanc, symbole de la Bretagne, dont la ligne verticale est légèrement décalée sur la gauche. Au centre, un triskel, symbole celte à trois jambes. Le tout encadré par des lignes jaunes. La composition rappelle - d'autant plus à l'époque de sa création - le pavillon de guerre de l'Allemagne nazie.

Kristian Hamon, dans son ouvrage "Les Nationalistes bretons sous l’Occupation", décrit cette milice en ces termes : "Avec ses rites, ses pratiques et ses symboles — noyau commun à tous les partis fascistes — le service d’ordre du PNB ne diffère pas fondamentalement de ceux de mouvements comme le PPF ou le Parti franciste de Marcel Bucard. Par leur décorum, calqué sur la liturgie nazie, les congrès du PNB se donnent des allures de mini-Nuremberg, effets de masse en moins. Le culte du chef y est de règle (...) Le salut se fait à l’hitlérienne et les jeunes au garde-à-vous forment une haie d’honneur." 

Autre signe révélateur, le PNB est également à l'origine du journal L'heure bretonne, ouvertement raciste et antisémite. Le créateur des Bagadou Stourm sera d'ailleurs condamné à mort par contumace en 1947 pour Collaboration. 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Ce drapeau est utilisé par des groupuscules nationalistes d'extrême droite bretons. Ainsi sur le blog de l'Adsav, groupe identitaire d'extrême droite fondé en 2000, on retrouve une photo (reproduite ci-dessous) de membres brandissant le drapeau des Bagadoù Storm. Y figurent également des drapeaux bretons - dont l'ancien, ici au centre,  est aujourd'hui considéré par beaucoup comme un symbole fasciste - et le drapeau de l'Adsav (tout à gauche).

Dans un dossier sur l'extrême droite en Bretagne, le Collectif antifasciste rennais dresse également un parallèle entre la milice du PNB et l'Adsav, "une organisation qui se place en héritière des collaborateurs bretons pendant la deuxième guerre mondiale." Ci-dessous, une photo des Bagadoù Storm dont les miliciens effectuent le salut nazi et une commémoration de l'Adsav datant de 2011 et arborant le même drapeau.

Retour aux Gilets jaunes. Frédéric nous précise que s'il passe régulièrement sur le rond point de Lann Ogé à Rostrenen, c'est bien la première fois qu'il voit ce drapeau mis en avant. Après avoir pris la photo, il a décidé d'aller discuter avec les Gilets jaunes présents. "Depuis un moment, le rond point n’est 'occupé' le samedi que par un petit nombre de Gilets jaunes, une quinzaine environ. C’est plutôt bon enfant et il n’y a pas de blocage, détaille-t-il. J’ai discuté avec certains d’entre eux qui semblaient sincèrement ignorer la signification du drapeau qui, d’après eux, avait été mis à la demande d’autres manifestants."

Les échanges ont été cordiaux et face au malaise, le drapeau a été retiré. "Mais je trouve un peu facile l’excuse évoquée de ne pas partager cette idéologie et de laisser arborer de tels étendards !, réagit Frédéric. Personnellement, je suis un peu réservé sur ce mouvement. J’ai des opinions de gauche, je trouve les revendications sociales légitimes, mais les relents d’extrême droite trop souvent perçus m’inquiètent", ajoute-t-il.

Malgré différentes sollicitations, aucun Gilet jaune de Rostrenen n'a souhaité réagir. Si le drapeau des Bagadoù Storm et son symbole sont loin de susciter l'adhésion de l'ensemble des Gilets jaunes bretons - comme l'en atteste d'ailleurs la page Facebook des Gilets jaunes de cette commune - son utilisation n'est pas une première. Le drapeau a déjà été brandi lors de précédentes manifestations. C'était le cas à Paris lors de l'"Acte 23" des Gilets jaunes (photo ci-dessous).

Un compte twitter créé en 2013 et nommé "Bagadoù Stourm breton réfractaire" arbore également un Gilet jaune comme photo de profil. Sa présentation est claire : "Je mange le foie cru d'un antifa tous les matins. Bloqué par @RokhayaDiallo et @BelattarYassine"

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi