VIDÉO - Le robot qui… transpire des mains !

INNOVATION - Des chercheurs ont mis au point un bras robotique capable de transpirer. Un robot pouvant le faire comme les être humains présenterait l'avantage de gérer seul sa température.

En transpirant, le corps humain évacue l’excès de chaleur. Pour le roboticien T.-J. Wallin, nos amis les robots doivent également acquérir cette aptitude pour éviter la surchauffe, en particulier lorsqu’ils travaillent de longues heures d’affilées. Avec une équipe internationale de chercheurs, il a donc mis au point un système de refroidissement qui s’inspire directement du processus de thermorégulation humain, rapporte un article du Guardian. Plus précisément, il s'agit pour l'heure d'une main de robot, dotée de trois doigts à base d'hydrogel, capable de réguler naturellement sa température en suant.

Pour ce roboticien, qui travaille à l’Université de Cornell, aux Etats-Unis, la capacité à transpirer est l’une des caractéristiques les plus remarquables de l’Homme. Il explique : "Certes, nous ne sommes peut-être pas les animaux les plus rapides, mais les premiers hommes ont réussi à chasser notamment parce qu’ils étaient persévérants. Notre capacité à courir tout en restant frais est due à la transpiration. C’est de cette façon que les premiers hommes ont pu épuiser physiquement leur proie. Je suis convaincu que nous devons enseigner la même chose aux robots pour éviter qu’ils ne surchauffent."

Toute l'info sur

Le robot qui…

Lire aussi

Les robots, à l’instar de nos ordinateurs, sont généralement dotés de petits ventilateurs qui, en brassant l’air, font chuter la température interne. Mais ce n’est pas suffisant, d’autant que chez une machine, la montée en température est très rapide. De surcroît, une température trop élevée peut faire "buguer" le système et détériorer de manière irréversible certains composants. Les plus élaborés possèdent, évidemment, des circuits de refroidissement plus perfectionnés. Cependant, ils sont souvent très coûteux.

Pour remédier à ce problème, l'équipe du Professeur T.J. Wallin a utilisé une main robotique dotée de trois doigts.. Puis elle a implanté à l’intérieur des "phalanges" de petits réservoirs contenant un fluide (ici, de l'eau), reliés à la surface via de minuscules conduits en plastique thermoactif. Lorsque le plastique atteint une certaine température (30 degrés Celsius), les pores - dont la taille est de l'ordre du micron - s’ouvrent et l’eau est poussée vers la surface. Couplé à un ventilateur, ce système de sudation artificielle dépasserait même la capacité de refroidissement des humains, affirme l’équipe de chercheurs dans la revue Science Robotics.

La technologie mise au point par ces roboticiens a néanmoins ses limites. Etant rendue plus glissante par la sudation artificielle, la main du robot perd de fait en adhérence. Autre obstacle : celui de l'approvisionnement de l'appareil en eau. Le roboticien Robert Shepherd, qui a participé à ce projet, a néanmoins une idée pour le solutionner : interrogé sur la question par le site Engadget, il explique que, là aussi, la technologie pourrait s'inspirer des humains, qui boivent pour se réhydrater. De la sueur… et bientôt des larmes ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

PHOTOS - Miss France 2022 : de l'Alsace à Tahiti, découvrez la Miss de votre région

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon