Covid-19 : les Français majoritairement réticents à une troisième dose de vaccin

DOSE DE RAPPEL - Si les Français sont majoritairement vaccinés et se satisfont du pass sanitaire, près de six personnes sur dix s’opposent à ce qu’une troisième dose soit nécessaire pour obtenir ce passeport, révèle un sondage réalisé pour Le Figaro.

L’idée commence à faire son chemin du côté de l’exécutif. Retirer le pass sanitaire à ceux qui n’ont pas reçu une troisième dose de vaccin reste "une possibilité", a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lors de la conférence de presse tenu au sortir du Conseil des Ministres ce mercredi 20 octobre. "Rien n’est exclu", a-t-il déclaré, même si "il n'y a pas de décision qui a été prise en ce sens aujourd'hui"

Cette piste n’a en revanche pas la faveur des Français, à en croire un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro. Il révèle ce jeudi 21 octobre que si la plupart des sondés sont désormais vaccinés et favorables à la prolongation du pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022, comme le prévoit une proposition de loi validée mercredi soir par l’Assemblée Nationale, six sondés sur dix refusent de conditionner l’obtention du pass sanitaire à l’injection d’une troisième dose de vaccin.   

Six millions de Français y sont toutefois éligibles, mais seules deux millions de personnes l’ont reçue, a indiqué Gabriel Attal mercredi. "C’est beaucoup mais c’est peu", s’est-il inquiété, avant de déclarer : "Je lance un appel au rappel"

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Le pass sanitaire validé par 62% des Français

Les sympathisants de la France insoumise et d’Europe Écologie les Verts (EELV) sont les plus opposés à cette hypothèse. Chez les foyers les plus modestes également, ce refus est particulièrement marqué. Sur l’ensemble de l’échantillon interrogé, seuls 37% des sondés veulent recevoir cette dose de rappel "le plus rapidement possible", et 36% souhaitent plutôt "attendre d’être sûr que ce soit bien utile"

Par ailleurs, l’instauration du pass sanitaire en lui-même gagne en popularité : 62% des personnes interrogées estiment qu'il s'agit d'une bonne mesure, alors qu’en février 2021, lorsque le dispositif avait été envisagé par le gouvernement pour la première fois, 57% des Français y étaient opposés, rappelle Le Figaro. Cette adhésion en progression s’explique par le nombre croissant de personnes vaccinées. Désormais, seuls les sympathisants de la France insoumise restent opposés à la mesure, à 65%. 

Lire aussi

Dans l’ensemble, le bilan d’Emmanuel Macron n’emporte pas l’adhésion de la majorité des sondés : 52% le jugent négativement. Parmi les plus insatisfaits face à la gestion de l’épidémie, les sympathisants de la France insoumise et du Rassemblement national, mécontents respectivement pour 77% et 67% d’entre eux. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le cap des 10.000 personnes hospitalisées se rapproche, 1749 patients en soins critiques

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?