Contrôle technique : à partir du 1er juillet, les propriétaires d'un diesel mal entretenu risquent de le payer cher

Automobile
DÉPENSES - Après six mois de sursis, les règles du contrôle technique vont finalement se durcir à partir du 1er juillet. De nouvelles normes anti-pollution risquent d'empêcher certains propriétaires de voitures diesel d'avoir le droit de rouler sans travaux d'entretien et contre-visite.

Il faut s'attendre à une dépense supplémentaire dans le budget des automobilistes roulant avec une voiture diesel mal entretenue. De nouvelles normes anti-pollution plus exigeantes entrent en effet en vigueur le 1er juillet. Il avait initialement été prévu qu'elles s'appliquent en janvier. Mais le mouvement social des Gilets jaunes est passé par là. Pour protéger leur pouvoir d'achat au plus fort de la crise, le gouvernement avait décidé de reporter cette mesure de six mois.


A quelques semaines du nouveau jour J, les centres de contrôle technique sont pris d'assaut par les propriétaires de diesel (24 millions de véhicules, plus de 60% du parc), leurs véhicules étant les seuls visés par le nouveau dispositif. Il s'agit de vérifier la valeur de l'opacité des fumées de gazole, c'est-à-dire la quantité de particules émises par le pot d'échappement.

Sur certains centres, le délai d'attente est actuellement "de deux ou trois jours au lieu du jour même ou, au pire, le lendemain en temps normal", indiquait ce mercredi 5 juin dans un sujet du JT de TF1 la responsable commerciale du groupe Muller, un spécialiste du secteur. Les rendez-vous se multiplient car certains automobilistes craignent que leur voiture soit recalée lors du futur test anti-pollution.  


Des tests ont indiqué que le taux de voitures diesel non conformes passera "potentiellement à 5%, contre 1% actuellement", précise sur TF1 le rédacteur en chef adjoint du magazine Auto Plus. Concrètement, pour réussir l'épreuve, le véhicule ne devra pas émettre davantage de fumée que lorsqu'il était neuf. Sa valeur d'homologation sert en effet de référence. Dans le cas contraire, un décrassage ou une réparation seront nécessaires avant une contre-visite. A noter toutefois que, paradoxalement, seuls les diesel d'après 2005 sont concernés par la nouvelle procédure, faute de référentiel auparavant.

En vidéo

Contrôle technique : les prix s'envolent

En moyenne 78 euros pour passer le contrôle technique

Le tarif moyen du contrôle technique est actuellement de "77,62 euros" (avec des disparités selon les centres et les régions), selon une étude du comparateur simplauto publiée le 21 mai 2019. Il avait "augmenté en moyenne de  12%", il y a un an, à la suite d'un durcissement des règles s'étant traduit par le passage de 123 à 132 points de contrôle le 20 mai 2018. 


Il est peu probable que le prix soit de nouveau réhaussé le 1er juillet. Les professionnels n'ont en tout cas pas exprimé leur intention de répercuter cet été sur leur grille tarifaire le nouveau contrôle anti-pollution.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter