Alcool au volant : comment fonctionne le dispositif anti-démarrage qui peut remplacer la suspension du permis

Automobile
DirectLCI
SÉCURITÉ ROUTIÈRE - Le gouvernement annonce ce mardi qu'il invite les préfets à généraliser l'installation des éthylotests anti-démarrage en alternative à une suspension de permis pour certains conducteurs contrôlés avec un taux d'alcoolémie de 0,8 à 1,8 g/l. Le dispositif oblige notamment l’intéressé à souffler avant de démarrer le moteur.

Il empêche un conducteur de démarrer le moteur de son véhicule s'il a un taux d'alcoolémie positif. L'éthylotest anti-démarrage (EAD) est amené à être généralisé pour lutter contre l'alcool au volant. Le ministère de l'Intérieur annonce en effet ce mardi 12 mars que les préfets de l'ensemble du territoire sont désormais invités à mettre en oeuvre cette alternative à la suspension du permis de conduire. 


La mesure vise les personnes contrôlées avec un taux d'alcool dans le sang compris en 0,8 g/l et 1,8 g/l. Autre condition, ces contrevenants ne doivent pas être récidivistes. Elle se veut particulièrement adaptée à "ceux qui utilisent tous les jours leur véhicule, notamment pour se rendre au travail". 

En vidéo

Sécurité routière : l'éthylotest anti-démarrage bientôt généralisé sur l'ensemble du territoire

Le dispositif empêche de démarrer si le taux d'alcoolémie est positif

Comment fonctionne ce dispositif ? L'éthylotest est couplé au circuit d'alimentation de la voiture. Concrètement, le conducteur doit souffler dans l'appareil une première fois avant d'allumer le moteur. Si son taux d'alcoolémie est positif, l'appareil empêche le démarrage du véhicule. 


Dans le cas contraire, l'intéressé peut commencer à rouler normalement. L'équipement envoie ensuite un signal 5 à 30 minutes après le démarrage (le moment est aléatoire) pour demander à l'automobiliste de souffler une deuxième fois. Il dispose alors d'un délai de 20 minutes pour effectuer ce nouveau contrôle à l'arrêt. 

Un éthylotest anti-démarrage coûte environ 1300 euros. Il est également possible de le louer (100 euros environ par mois). Cette dépense est à la charge du contrevenant. Il convient d'y ajouter le prix du montage et du démontage.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter