Fin du gel du contrôle technique : comment vérifier votre nouvelle date-limite

La fin du gel des contrôles techniques est entrée en vigueur ce mercredi. Entre les visites reportées et les départs en vacances, les centres ont dû adapter leurs horaires.
Automobile

CALENDRIER - La parenthèse se referme : les véhicules dont le contrôle technique expire à partir de ce mercredi ne bénéficieront d'aucun répit pour le renouveler. En revanche, ceux qui devaient le passer entre le 12 mars et le 23 juin ont droit à 104 jours supplémentaires par rapport à leur date initiale.

La fin du gel des contrôles techniques, qui aura duré au total 104 jours, a eu lieu ce mardi 23 juin. Résultat :  les automobilistes qui n'ont pas pu effectuer une visite ou contre-visite ces derniers temps en raison du confinement, puis de l'engorgement des centres, ont désormais sérieusement intérêt se pencher sur leur agenda pour éviter de se retrouver en infraction. 

Concrètement, selon les cas, ceux qui devaient effectuer cette visite entre le 12 mars et le 23 juin doivent  s'y conformer au plus tard entre le 24 juin et le 5 octobre.

Lire aussi

Illustration donnée par le site de l'administration française : "Pour un contrôle technique arrivant à son terme le 22 juin, on ajoute 104 jours à cette date d'échéance, le délai est alors porté au 4 octobre". Le temps presse en revanche pour ceux dont la date limite d'origine tombait, par exemple, le 14 mars. Pour eux,  le délai supplémentaire ne sera accordé que jusqu'au 25 juin.  

A noter que les pouvoirs publics avaient d'abord fixé une date butoir unique, au 23 juin, pour les trois millions de conducteurs qui auraient dû faire passer cet examen à leur véhicule pendant le confinement. Mais en raison des carnets de rendez-vous surchargés dans les centres, il a finalement été décidé d'accorder à toutes les personnes concernées ce répit de 3 mois et 12 jours par rapport à leur échéance d'origine.

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Pour rappel, le défaut de contrôle technique ou le défaut de contre-visite, constitue une infraction passible d’une amende forfaitaire de 135 euros (minorée à 90 euros ou majorée à 375 euros selon le délai de paiement). En cas de contrôle par les forces de l'ordre, une immobilisation peut être décidée. La carte grise du conducteur peut alors être retenue, auquel cas la police ou la gendarmerie lui délivreront une fiche de circulation valable sept jours afin se rendre au centre de contrôle. La carte grise est ensuite rendue par le commissariat ou par la gendarmerie sur présentation du procès-verbal du contrôle technique attestant son résultat satisfaisant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent