Les pétitions contre la hausse du prix des carburants font le plein

Automobile
GROGNE FISCALE - Le sujet commence à s'inviter dans le débat public. En réaction à la flambée des prix à la pompe, un vent de révolte est en train de naître chez les automobilistes. Plusieurs pétitions en ligne demandent au gouvernement d'opérer une baisse des taxes sur le carburant.

C'est la goutte de carburant qui fait déborder le réservoir. Entre la flambée du pétrole et les hausses régulières des taxes, les prix à la pompe battent des records. En l'espace d'un an, les tarifs des carburants ont flambé de 23% pour le diesel (1,53 euros le litre) et de 14% (1,57 euros le litre) pour l'essence. De quoi amputer fortement le portefeuille des automobilistes.


Signe du ras-le-bol fiscal, plusieurs pétitions fleurissent sur la Toile. Et face à l'augmentation "intempestive", les lettres de protestation connaissent un large succès. L'appel de Sophie pour réclamer une baisse du prix des carburants a recueilli près de 30.000 signatures sur la plateforme MesOpinions.com. Lancée par Jean-Marc sur Citizaction.fr, la pétition intitulée "Stop à l'inflation délirante des taxes sur le carburant" a elle été signée par plus de 22.000 internautes.

Plus de 50.000 signatures recueillies

Priscillia Ludosky, une habitante de Savigny-Le-Temple, en Seine-et-Marne, a ainsi mis en ligne fin mai une pétition adressée au ministère de la Transition écologique et solidaire. La lettre de protestation de la jeune femme de 32 ans, qui a vu "(s)on plein passer de 45 à 70 euros" en un an, a atteint ce mardi 23 octobre plus de 50.000 signataires sur Change.org


"Lorsqu'on est amené à faire de longues distances, surtout les personnes qui vivent en banlieues ou en zones rurales, le véhicule est indispensable pour aller travailler ou chercher les enfants. Ça devient lourd. Par semaine un budget 70 euros, c'est énorme", indique à LCI la jeune femme de 32 ans, dont les revendications sont on ne peut plus claires. "Les trois choses principales, c'est de savoir à quoi servent les taxes qui sont récoltées, les revoir à la baisse de manière significative et enfin qu'on facilite l'acquisition pour les ménages de véhicules plus propres", nous explique l'automobiliste. 

Les taxes représentent 60% du prix final

Dans cette pétition, la Seine-et-Marnaise demande à l'État d'agir en diminuant au plus vite les taxes. Actuellement, la TICPE (taxe sur les produits énergétiques) et la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) représentent deux tiers du prix final. Or, ces taxes devraient continuer à augmenter, le gouvernement souhaitant aligner les prix du diesel et de l'essence d'ici 2022. 

En vidéo

Le diesel plus cher que l'essence ?

Plutôt que de taxer les Français, et consciente de l'urgence de "circuler en polluant le moins possible notre environnement", elle avance plusieurs propositions. Elle soumet notamment de "développer" le télétravail et d'aider les entreprises à s'installer en banlieue et en province "afin de désengorger les grandes villes et limiter les longs déplacements". 


D'après les chiffres de l'Insee, la dépense annuelle de carburant par foyer est aujourd'hui de 1700 euros. D'ici à la fin du quinquennat, l'augmentation des taxes devrait représenter, selon RTL, un coût supplémentaire de 240 euros par an.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter