Paris : les trottinettes officiellement interdites de stationner sur les trottoirs

Automobile
RÉGLEMENTATION - C'est désormais acté. La mairie de Paris interdit depuis ce mardi le stationnement des trottinettes sur les trottoirs de la ville. L'intention de les bannir de cet espace réservé aux piétons avait été annoncée il y a deux mois par la maire qui en avait profité pour demander aux opérateurs de limiter la vitesse de ces engins.

Fini les trottinettes garées n'importe où dans la capitale. Un "arrêté du 24 juillet instituant les règles de stationnement applicables aux engins de déplacement personnel en libre-service sur la voie publique à Paris", publié ce mardi 30 juillet au Bulletin officiel de la ville, met en effet les choses au clair. 


"Le stationnement des engins/véhicules en flotte libre (font les trottinettes électriques) est uniquement autorisé sur les emplacements matérialisés dédiés au stationnement payant et aux deux-roues motorisés", précise ainsi le texte.  

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a annoncé le 6 juin, lors d'une conférence de presse, son intention de réglementer à ce sujet. L'édile avait alors également demandé aux opérateurs de limiter la vitesse de ces engins qui se multiplient dans l'espace public. Elle avait leur avait alors proposé de brider leur vitesse à 20 km/h dans toute la capitale, voire 8 km/h sur les zones piétonnes.


Apparues il y a un an dans les rues de la capitale, les trottinettes électriques en libre-service - dont le nombre dépasserait 20.000 - étaient devenues un véritable casse-tête pour la mairie de Paris, faute de réglementation.

Lyon légifère sur les trottinettes

Face aux conflits de plus en plus fréquents entre piétons et usagers de trottinettes électriques, la mairie de Lyon avait choisi, dès ce printemps, de réglementer l'usage de ces dernières. Il est désormais interdit de circuler avec une trottinette électrique sur les trottoirs de la ville et sur les Berges de Saône. En revanche, elles ne seront pas bannies des trottoirs puisque le stationnement sera autorisé "mais unique s'il ne constitue pas une gêne aux piétons". Si les usagers de ces engins ne se soumettent pas à ces nouvelles règles définies par la municipalité, ils peuvent écoper d'une amende de 38 euros.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter