Pourquoi le prix des carburants augmente depuis janvier (malgré le gel des taxes)

Automobile

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

À LA POMPE - Le prix du diesel et de l'essence ont grimpé de respectivement 10 et 7 centimes depuis le début de l'année. Difficile de pointer cependant la responsabilité du gouvernement dans cette hausse. La grande coupable est en fait l'envolée des cours du pétrole.

De centime en centime, les prix à la pompe n'en finissent plus de (re)gonfler. Le litre de diesel a ainsi bondi de presque 10 centimes depuis le début de l'année, passant de 1,3769 euro en moyenne la première semaine de janvier à 1,4620 euro la première semaine de mars, selon les données publiées ce lundi 11 mars par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Même tendance pour l'essence : le Super SP95, par exemple, est passé de 1,4071 euro à 1,4745 euro sur cette même période. 

A l'exception d'une stagnation la première semaine de février, rien ne semble vouloir troubler cette progression à la hausse. Même s'il reste encore de la marge pour atteindre le pic enregistré la deuxième semaine d'octobre (1,5331 euro pour le diesel et 1,5735 euro pour le SP95), les tarifs moyens ont donc tout de même augmenté de respectivement 6,2% et 4,8% depuis ler 1er janvier.

Lire aussi

La fiscalité du carburant hors de cause

Pourquoi cette hausse ? Rien à voir avec la fiscalité du carburant. Sous la pression des Gilets jaunes, la hausse initialement prévue au 1er janvier de la composante carbone de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a en effet été annulée par le gouvernement. Le rapprochement de la fiscalité du diesel et de l'essence a de même été suspendu. Résultat : l'augmentation prévue de 6,5 centimes par litre de diesel et de 2,9 centimes par litre d'essence n'a pas eu lieu. A noter cependant que l'ensemble des taxes (TVA et TVA sur la TICPE comprises) représentait la semaine dernière 58% du prix final du diesel et 64% de celui du SP95.

Mais alors d'où provient cette augmentation du prix à la pompe observée depuis janvier ? Plusieurs paramètres indépendants de ces taxes, vous l'aurez compris, se conjuguent. Il s'agit en premier lieu du cours du baril de pétrole, puis du taux de change euro-dollar ainsi que de l'offre (le niveau des stocks de produits pétroliers) et de la demande.   

En vidéo

VIDÉO - On vous dit tout sur le prix du carburant

Le cours de l'or noir poursuit son ascension

Le cours du baril de Brent (159 litres), la référence en Europe, est en effet reparti à la hausse à la toute fin de l'année 2018 après être tombé à 51 dollars le 24 décembre, trois mois après son pic à 87 dollars le 3 octobre. Depuis Noël, il confirme semaine après semaine cette tendance, tant et si bien qu'il s'affichait ce mardi 12 mars à 66 dollars. 

En cause, la décision de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) et de la Russie de réduire leur production pour contrecarrer la chute des prix survenue fin 2018. La cotation de la matière brute a ainsi grimpé de 29,4% en à peine plus de deux mois. Et c'est cette envolée du prix de l'or noir qui est actuellement la grande responsable de l'augmentation des prix dans les stations-services.

A noter que les prix des carburants calculés par le gouvernement sont des moyennes. Ils n'empêchent pas les pompistes de pratiquer d'autres prix, plus hauts ou plus bas. Vous pouvez consulter ici notre carte interactive pour trouver la station-service la moins chère à côté de chez vous. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter