Prix des carburants : l'essence à son plus bas de 2018, le diesel poursuit aussi sa baisse

Automobile
RÉMISSION - A la pompe, le litre de diesel a perdu la semaine dernière en moyenne 2,7 centimes et celui du SP 95 2,2 centimes, selon les chiffres du gouvernement publiés ce lundi. Les prix du carburant bénéficient d'une répercussion du repli du cours du pétrole, en pleine dégringolade depuis deux mois.

Pas sûr que cela suffise à apaiser les automobilistes concernés mais le diesel redevient moins cher que l'essence. Après être monté en flèche ces derniers mois, le prix de ce carburant décrié (désormais appelé B7) est en baisse pour la cinquième semaine d'affilée, selon les moyennes hebdomadaires publiées ce lundi 3 décembre par le ministère de la Transition écologique et solidaire. 


A la pompe, le litre de diesel coûtait ainsi en moyenne 1,4287 euro la semaine dernière, soit 2,66 centimes de moins que la moyenne des sept jours précédents (1,4553 euro) et carrément 10,44 centimes de moins que lors de son pic de l'année à 1,5331, observé la deuxième semaine d'octobre. Le diesel a ainsi retrouvé son niveau du début du mois de mai. Sur l'ensemble de l'année, son plus bas à 1,3624 euro remonte à la mi-mars.

Le SP 95 s'affichait pour sa part en moyenne à 1,4305 euro la semaine dernière, toujours selon les chiffres du gouvernement. Désormais appelé E10, il n'a tout simplement jamais été aussi bas en 2018 (même s'il reste au dessus de la moyenne de 2017 qui s'élevait à 1,38 euro sur l'année). Pour rappel, il avait commencé l'année à 1,4682 euro puis avait fluctué, à la hausse comme à la baisse, pour atteindre son pic à 1,5735 euro la deuxième semaine d'octobre. L'essence a ainsi perdu 14,30 centimes par litre en huit semaines. 


Ce repli du prix des carburants est directement lié à la chute des cours du pétrole. Le prix du baril de Brent (159 litres), la référence en Europe, était en effet monté très haut au tout début de l'automne (87 euros le 3 octobre) avant de marquer un net repli (58 euros le 29 novembre). Il n'empêche que le prix de l'or noir a eu beau baisser d'un tiers en deux mois, à la station-service, la facture n'a finalement diminué "que" de 7% pour le diesel et 9% pour le SP95.  

En vidéo

Carburants : comment Emmanuel Macron veut limiter la hausse des prix

En cause, le poids des taxes (pour la plupart fixées à l'année) qui amoindrit l'effet de la chute du prix de la matière première. La semaine dernière, la fiscalité du diesel représentait effectivement 60% du montant réclamé à la pompe. Celle du SP 95, 65%. En réponse à la colère des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a annoncé il y a quelques jours son intention de faire fluctuer les taxes à la baisse en cas de nouvelle envolée de la cotation du pétrole. 


Quoi qu'il advienne, l'exécutif a réaffirmé à maintes reprise que les taxes sur les carburants augmenteront bien au 1er janvier de 2,9 centimes par litre d'essence et de 6,5 centimes par litre de diesel. Même si, désormais, elles pourraient donc être ponctuellement diminuées. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter