Prix des carburants : le diesel baisse encore, l'essence stagne

Automobile

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

POMPE - Les taxes sur le carburant n'ont finalement pas augmenté le 1er janvier et cela permet a permis au prix du diesel de ne pas croître. Mieux encore, le litre a même perdu 1 centime la semaine dernière, selon les moyennes publiées ce lundi par le gouvernement. L'essence, pour sa part, connaît une hausse à peine perceptible.

La hausse de la taxe carbone appliquée notamment au carburant n'aura donc pas eu lieu au 1er janvier 2019. A la demande des Gilets jaunes, le gouvernement a en effet renoncé à l'augmenter. Et cette concession a des répercussions actuellement visibles à la pompe. Le litre de diesel a en effet baissé d'un peu plus d'un centime la semaine dernière et celui de Super SP95 a stagné ou pour, être précis, à peine augmenté d'un tiers de centime, selon les moyennes hebdomadaires publiées ce lundi 7 janvier par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Sans ce geste de l'exécutif, le premier aurait coûté 6,5 centimes de plus et le second 2,9 centimes de plus.

Lire aussi

Finalement, dans les stations-service, le diesel s'est affiché à 1,3760 euro le litre en moyenne la semaine dernière, contre 1,3873 euro il y a deux semaines, soit une baisse de 1,13 centime. Ce carburant a ainsi retrouvé son niveau de prix de fin mars 2018 et il coûte désormais près de 16 centimes de moins que lors de son pic à 1,5331 euro observé il y a trois mois début octobre. 

Le Super SP95 s'est quant à lui vendu en moyenne à 1,4071 euro la semaine dernière. Cette essence est donc marquée par une très légère hausse (0,35 centime) puisqu'elle coûtait 1,4036 euro il y a deux semaines (son plus bas de l'année 2018). Elle retrouve ainsi son niveau de prix de fin décembre 2017 et coûte près de 17 centimes de moins qu'à son plus haut de 2018 (1,5735 euro début octobre). 

En vidéo

JT du 27 décembre : Les prix du carburant sont à leurs plus bas niveaux

Cette tendance au repli ou à la stagnation est liée au cours du pétrole. Le baril de Brent (159 litres), la référence européenne, s'échangeait à 58 dollars ce lundi. En dépit d'un  petit rebond observé ces derniers jours (il était descendu à 50 dollars le 24 décembre), son cours est clairement à la baisse sur les trois derniers mois, depuis son pic du 3 octobre (87 dollars). Or le pétrole compte actuellement pour environ un tiers du prix affiché à la pompe. Le reste s'explique surtout par les taxes (TIPCE, TVA et TVA sur la TICPE)... restées, donc, inchangées.

Les prix des carburants compilés par le gouvernement sont des moyennes hebdomadaires qui n'empêchent pas les pompistes d'afficher d'autres tarifs, plus élevés ou plus bas. LCI vous propose de consulter ici sa carte interactive pour trouver la station-service la moins chère à côté de chez vous.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter